Réservé aux abonnés

La violence faite aux femmes dénoncée

Berne doit s’engager davantage contre les violences sexistes, selon les femmes socialistes.
18 août 2018, 00:01
/ Màj. le 18 août 2018 à 00:01
Martine Docourt, Co-Praesidentin SP Frauen, Tamara Funiciello, Vizepraesiedentin und Praesidentin JUSO, Barbara Gysi, Vizepraesidentin und Nationalraetin SG, Marina Carobbio, Vizepraesidentin und Nationalraetin TI und Geraldine Savary, Vizepraesidentin und Staenderaetin VD, von links, von der SP-Schweiz sprechen an einer Medienkonferenz zum Fuenf-Punkte-Plan gegen Gewalt an Frauen, am Freitag, 17. August 2018, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider) SCHWEIZ SP GEWALT GEGEN FRAUEN "FUENF PUNKTE PLAN"

Les violences faites aux femmes doivent cesser. Les femmes socialistes ont présenté, hier, à Berne, un plan en cinq mesures pour répondre au problème. La Confédération est priée d’en faire plus.

«Quand une femme dit non, ça veut dire non. Ce ne veut pas dire peut-être, ni pourquoi pas. Ce n’est pas un défi romantique ou sportif. C’est l’expression de sa volonté», explique la conseillère aux Etats Géraldine Savary (PS/VD). Et sa volonté doit être respectée. Or, «régulièrement, des actes de violence se produisent parce que quelqu’un est incapable d’accepter un non», poursuit la vice-présidente du...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois