Réservé aux abonnés

Iranien converti, mais pas persécuté

20 déc. 2017, 00:01
/ Màj. le 20 déc. 2017 à 00:01
JAHRESRUECKBLICK 2009 - DEZEMBER - This photo, taken by an individual not employed by the Associated Press and obtained by the AP outside Iran shows Iranian protestors beating police officers, during anti-government protest in Tehran, Iran, Sunday, Dec. 27, 2009. (KEYSTONE/AP Photo)  EDITORS NOTE AS A RESULT OF AN OFFICIAL IRANIAN GOVERNMENT BAN ON FOREIGN MEDIA COVERING SOME EVENTS IN IRAN, THE AP WAS PREVENTED FROM INDEPENDENT ACCESS TO THIS EVENT JAHRESRUECKBLICK 2009 - IRAN REGIERUNG PROTEST

La Suisse n’a pas violé la Convention européenne des droits de l’homme en n’accordant pas l’asile à un Iranien de 35 ans ayant abandonné sa religion, l’islam, pour se convertir au christianisme. Dans un arrêt rendu hier, à Strasbourg, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a estimé que sa vie n’était pas en danger s’il retournait en Iran. Ce cas met en lumière la problématique des conversions – qui s’effectuent surtout auprès des Eglises évangéliques – dans le domaine de l’asile.

Le recourant était arrivé en Suisse en 2009. Dans une première demande d’asile, il avait expliqué avoir été...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois