Ouragan Matthew: faute de financements, le choléra s'installe à Haïti

Le passage de l'ouragan Matthew a ravivé une épidémie de choléra à Haïti, introduite par des casques bleus de l'ONU en 2010 et qui a depuis fait plus de 9'000 morts.
31 déc. 2016, 09:12
/ Màj. le 31 déc. 2016 à 09:19
L'épidémie de choléra s'est ravivée depuis l'ouragan Matthew.

La flambée de choléra à Haïti, enregistrée après le passage début octobre de l'ouragan Matthew, a été contenue grâce à la multiplication des équipes d'urgences. Mais l'épidémie persiste faute de financement suffisant de l'aide, indique l'ONU dans son dernier bilan.

Le nombre de cas a plus que doublé sur l'île entre les mois de septembre et d'octobre. Près de la moitié des malades ont été recensés dans les deux départements les plus affectés par l'ouragan, dans le sud du pays, qui n'était jusqu'alors pas un foyer majeur du choléra.

"En novembre, la situation des zones affectées par Matthew s'est améliorée, avec une diminution de 25% du nombre de cas suspects entre octobre et novembre, passant de 2400 à 1800 cas suspects", affirme le rapport du bureau des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) à Haïti.

 

 

Aide sous-financée

La multiplication par trois des équipes d'urgences, l'arrivée massive de l'aide en eau potable, en chlore et la campagne de vaccination, qui a touché près de 800'000 personnes, expliquent, selon l'ONU, cette amélioration.

"L'aide est sous-financée, oui, mais, à cause de Matthew, si je peux dire, on a déjà eu assez de financement pour le grand sud pour 2016" explique Mourad Wahba, le coordonnateur humanitaire des Nations unies à Haïti.

"Il n'y a aucune prévision de fonds pour continuer les activités au-delà du premier trimestre 2017. Ce manque de fonds pour la santé crée le risque d'une létalité hospitalière élevée au cas où de nouveaux fonds ne seraient pas alloués en début d'année", précise le bilan dressé par l'OCHA à la fin décembre.

Depuis octobre 2010, l'épidémie a causé la mort de plus de 9400 Haïtiens et contaminé plus de 800'000 personnes.