Foire du Valais 2017
 05.10.2017, 12:30  

La BNS veut maintenir ses taux négatifs... pour l'instant

Abonnés
chargement
Thomas Jordan était l'invité de la Journée de l'économie de la Foire du Valais.

 05.10.2017, 12:13   La BNS veut maintenir ses taux négatifs... pour l'instant

Banque nationale Suisse Invité de la Journée de l'économie de la Foire du Valais, le directeur de la BNS Thomas Jordan a prôné le maintien de la politique actuelle de l'institution. Il a aussi déclaré ne rien pouvoir faire directement pour une branche comme le tourisme qui souffre du franc fort.

«La politique monétaire expansionniste de la BNS est toujours nécessaire», estime Thomas Jordan, le président de la direction générale de la Banque nationale suisse, qui était l’invité vedette de la Journée de l’économie de la Foire du Valais. Une inflation faible, des capacités de production sous-utilisées, un franc suisse qui reste à un niveau élevé et un écart des...

«La politique monétaire expansionniste de la BNS est toujours nécessaire», estime Thomas Jordan, le président de la direction générale de la Banque nationale suisse, qui était l’invité vedette de la Journée de l’économie de la Foire du Valais. Une inflation faible, des capacités de production sous-utilisées, un franc suisse qui reste à un niveau élevé et un écart des taux d’intérêt qui reste faible par rapport aux pays voisins sont les éléments qui incitent l’institution à maintenir sa ligne de conduite avec un taux d’intérêt négatif.
 
Thomas Jordan est conscient qu’un taux de -0,75% cause des problèmes à de nombreux acteurs économiques: les caisses de pension peinent à obtenir des rendements suffisants pour payer les rentes et les investisseurs s’engagent beaucoup sur un marché immobilier qui se retrouve ainisi déstabilisé. Malgré tout, la BNS maintiendra ses taux, pour éviter que la valeur du franc suisse n’augmente, ce qui serait préjudiciable à toute l’économie. Pour combien de temps? «Aussi longtemps que nécessaire.»
 
Interrogé sur une dérogation en faveur des caisses de pension, Thomas Jordan rappelle que la BNS ne gère pas les comptes de ces institutions et que ce sont les banques qui leur imputent des taux négatifs…
 
La BNS ne peut ni agir directement en faveur des PME, ni pour aider une branche comme le tourisme, déclare son directeur. «Nous luttons contre la force du franc», une politique utile à toute l’économie suisse.
 
Malgré les sollicitations de l’animatrice des débats, Sandra Jean, Thomas Jordan s’est bien gardé de faire le moindre pronostic, si ce n’est en matière de foot, lui qui voit la Suisse l’emporter 2 à 0 face au Portugal.
 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top