Réservé aux abonnés

Violence domestique: près de 100 agresseurs pris en charge en Valais en 2017

L’instauration des entretiens obligatoires pour les auteurs est positive. Une seule personne a récidivé. Par contre, seule une dizaine d’agresseurs ont choisi de faire un suivi thérapeutique
21 févr. 2018, 18:00
Les entretiens obligatoires concernent les auteurs de violence domestique grave qui ont été expulsés de leur domicile par la police.

Eviter la récidive. C’est le but de l’instauration, depuis le 1er janvier 2017, d’un entretien psychologique obligatoire pour les auteurs de violence domestique expulsés de leur domicile par la police. Ces personnes doivent passer cet entretien dans les sept jours suivant leur expulsion et financer elles-mêmes cette séance de 200 francs. «Il s’agit de personnes qui ont commis des actes de lésions corporelles graves ou pour lesquelles la police craint une récidive», explique Stève Léger, porte-parole de l...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois