ValaiStars: "Le Nouvelliste" présente les nominés de juillet 2018

Découvrez et votez pour les Valaistars du mois de juillet

06 août 2018, 05:30
Valaistars18

Saviez-vous qu’un duo hip-hop octodurien faisait partie des meilleurs mondiaux en danse urbaine? Connaissiez-vous, avant le sacre mondial de l’équipe suisse d’escrime, le nom du Sédunois Luca Malcotti, désormais champion du monde? Auriez-vous imaginé qu’en deux ans, Fanny Clavien devienne l’une des meilleures bodybuildeuses en amateur de la planète? Enfin, qui avait entendu parler du combat juridique de dix-sept ans, mené contre la discrimination salariale par Noëlle Becquelin, ancienne secrétaire à l’Etat du Valais, aujourd’hui retraitée? Malgré la pause estivale, le mois de juillet aura donc été riche en découvertes pour notre opération Valaistars. On rembobine.

Votez pour votre favori ici : les candidats de juillet 2018

«Seule la finalité m’importait»

Pour sa première compétition de bodybuilding, Fanny Clavien monte sur la plus haute marche du podium pour décrocher la couronne de Miss Univers IBFA. «Au début, je voulais juste comprendre un autre aspect de la construction musculaire.» Et puis, comme c’est une championne, elle a tout fait à fond. «Je ne me suis jamais demandé si un corps musclé était beau. Seule la finalité, me placer parmi les meilleures, m’importait.» Son prochain défi l’emmènera du côté de Las Vegas.

«On a osé prendre un risque»

Pour les Octoduriens Nadia Ladeiras et Dakota Simao, le rêve américain s’est déroulé à Los Angeles lors de la finale du World of Dance, la plus grande compétition internationale de danse urbaine, qu’ils ont remportée dans la catégorie duo. «On a pris le risque de venir avec notre truc à nous, peut-être moins technique que ceux des autres, mais qui fait passer des ressentis», explique Dakota Simao, qui devrait participer, avec sa partenaire, à l’émission de la NBC World of Dance. Pour poursuivre le rêve américain.

«Une médaille qui donne des ailes»

Son rêve à lui, Lucas Malcotti l’a vécu lors des championnats du monde d’escrime, où il a battu le 5e mondial pour apporter, à 23 ans, sa touche au titre de l’équipe de Suisse. «Si je n’étais pas entré en finale, ces Mondiaux auraient eu un goût amer. Mais là, c’est tout le contraire.» En quatre mois, le membre de la Société d’escrime sédunoise aura été champion d’Europe U23 par équipe, champion suisse individuel et donc champion du monde par équipe. «Cette médaille d’or va me donner des ailes.»

«Pas tellement changé»

Enfin, le rêve de Noëlle Becquelin aura mis dix-sept ans avant de se réaliser. Dix-sept ans de procédures judiciaires pour obtenir gain de cause au Tribunal fédéral face à une situation de discrimination salariale dans son poste de secrétaire. Comme 2018 a été placé sous le signe de ce combat pour l’égalité salariale le 1er mai par le président de la Confédération, Alain Berset, Noëlle Becquelin a accepté de témoigner longuement de son combat terminé en 2003. «J’ai l’impression que les choses n’ont pas tellement changé; le seul espoir serait d’avoir plus de transparence sur les salaires.»