Valais: les députés veulent mieux contrôler les tatoueurs et les perceurs

Le Grand Conseil valaisan a dit oui à la demande de créer un organe cantonal de contrôle pour les salons de tatouage, de piercing ou de maquillage permanent, qui devraient être en possession d'un certificat de compétence.

14 mai 2018, 14:30
Les députés valaisans veulent plus de contrôles dans les salons de tatouage.

Un tatoueur qui injecte des pigments utilisés pour le marquage des routes à un client installé dans son garage, c'est peut-être (bientôt) fini en Valais. C'est ce que souhaitent une majorité de députés.

Le Grand Conseil a accepté lundi un postulat de l'Alliance de gauche demandant à l'Etat deux choses: des contrôles réguliers des ateliers et salons et l’introduction d’un certificat obligatoire de compétences. Un organe de contrôle cantonal devrait être créé pour contrôler ce secteur d'activité qui comprend les tatoueurs, les perceurs, mais aussi les salons de beauté pratiquant le maquillage permanent.

Dans l'explication de leur demande, les députées-suppléantes Jennifer Näpfli et Gina-Maria Schmidhalter ont fait remarquer que des pratiques mal adaptées peuvent provoquer la propagation de maladies comme l'hépatite C.

L'UDC a combattu cette demande, estimant qu'elle créerait trop de bureaucratie et qu'un contrôle par pointage suffit pour s'assurer que les mesures d'hygiène soient respectées.

Le postulat a été accepté par 70 voix contre 43 et 1 abstention. Le texte est transmis au Conseil d'Etat pour analyse.