Valais: l’abandon de la règle d’un seul conseiller d’Etat par district divise

Les députés valaisans ont accepté de discuter d’une éventuelle modification de la constitution cantonale, par contre ils se sont montrés très réticents sur le changement des règles régissant l’élection de l’exécutif cantonal.

14 sept. 2018, 09:46
Faut-il changer les règles régissant l'élection du Conseil d’Etat? Les députés ne semblent pas favorables à une modification rapide.

Le Grand Conseil a discuté vendredi matin de la règle voulant qu’il ne puisse y avoir qu’un seul conseiller d’Etat par district, ainsi que d’une modification des délais de recours après les élections cantonales.

Le Conseil d’Etat propose de réviser la constitution cantonale pour modifier ces deux règles, sans attendre les travaux de la future constituante.

Vendredi, les députés n’ont voté que sur l’opportunité de l’ouverture de la discussion sur ces deux objets. Ils l’ont fait sans opposition, avec 125 oui. Les parlementaires cantonaux décideront des détails lors de deux sessions ultérieures.

A lire aussi: Un seul conseiller d’Etat par district: une règle valaisanne à changer rapidement?

Des groupes très partagés

Tous les groupes ont déjà dit ce qu’ils pensent de la règle limitant à un le nombre de conseillers d’Etat par district. Une majorité semble se dessiner contre un changement pour les prochaines élections déjà.

Joachim Rausis, chef du groupe PDC du Bas, estime que c’est à la constituante de traiter cette question éminemment politique. Le groupe PDC du Centre, par Sidney Kamerzin, exprime les mêmes réserves formelles, mais déclare être plutôt favorable à la révision constitutionnelle sur le fond. 

Le PDC du Haut exprime aussi des réserves formelles et s’oppose sur le fond à la révision: «Nous n’avons pas encore analysé les conséquences de ce changement sur les petits districts. Le canton ne peut être constitué que par les grands districts», a déclaré Philipp Matthias Bregy.

Les chrétiens-sociaux du Haut sont opposés à la modification de cette règle.

Les Verts sont favorables à l’abandon de la règle constitutionnelle, mais estiment, par la voix de Thierry Largey, que c’est à la constituante d’effectuer ce changement.

L’Alliance de gauche, par Gaël Bourgeois, a soutenu cette révision constitutionnelle.

Le PLR, par Christophe Claivaz, souhaite cette révision et rappelle que la constitution garantit l’élection d’au moins un conseiller d’Etat par région constitutionnelle. Il souligne le fait que le peuple a le dernier mot lors de l’élection du Conseil d’Etat et qu’il peut donc choisir s’il y a un ou deux élus dans le même district. «Ne nous restreignons pas dans notre choix par cette règle provenant d’un autre temps.»

Grégory Logean, chef du groupe UDC, ne veut pas «changer une règle à la va-vite» et souhaite que cette modification soit discutée par la constituante. Les agrariens sont opposés sur le fond à ce changement, notamment par souci d’une juste participation des régions de montagne.