Valais: des pros de la santé opposés à une législation sur l’aide au suicide

Un collectif médico-soignant s’est constitué pour faire barrage à une législation sur l’aide au suicide et l’article 18A de la loi sur la santé qui sera débattue en 2e lecture le 9 mars prochain par le Grand conseil valaisan.

25 févr. 2020, 06:00
Des pros de la santé s'opposent à l'inscription dans la future loi sur la santé d'un article sur le suicide assisté.

«L’expérience médicale et soignante plaide en faveur d’autres solutions plus efficaces et plus adaptées, respectant bien mieux la liberté de chacune et de chacun qu’une loi restrictive et contraignante». A l’image du Dr Gilbert Monney, plusieurs professionnels de la santé ont alerté la presse pour dire leur opposition à l’article 18A de la future loi sur la santé. Celui qui veut inscrire l’assistance au suicide dans la loi

Un projet de loi jugé déraisonnable

Pour le collectif médico-soignant, légiférer sur ce point est déraisonnable, étant donné le très faible nombre de personnes concernées. «L’Hôpital n’a connu aucun cas, et les demandes dans les EMS se comptent sur les doigts de la main.», argumente Rita Bonvin, la présidente de palliative-vs. Le collectif propose donc de se soucier plutôt de chaque situation particulière, de trouver la solution qui convient à chacun, et de favoriser des comités d’éthique qui y contribuent.»

A lire aussi: En Valais, la bataille sur le suicide assisté continue de diviser