Sion: le prix de location des terrasses a triplé

Prises d'assaut durant les beaux jours et synonymes de convivialité, les terrasses d'établissements publics ont pourtant provoqué ces dernières semaines quelques tensions entre les exploitants et la ville. Le prix de location a triplé pour le cœur de la capitale.

10 mai 2013, 17:50

Les terrasses coûtent plus cher aux restaurateurs. Ceux-ci devront aussi oublier les chaufferettes qui sont interdites par le canton, sous peine d'amende. Sacha bittel

Bisbille sur les terrasses de la capitale valaisanne. La Ville de Sion a en effet édicté un nouveau règlement communal pour l'exploitation du domaine public dont une qui fait grincer des dents: le prix au mètre carré est multiplié par trois.

Le m2 pour les patrons et gérants exerçant au cœur de la capitale passe ainsi de 20 à 60 francs pour une année. Pour la reste de la ville, il est de 40 francs le m2 et de 30 francs pour la périphérie Pour les commerçants, cette augmentation est trop rapide.

Pour la commune, elle était nécessaire  car le dernier règlement date de 1972. Pour adapter les prix, l’exemple de Brigue, semblable, a été examiné. Celui de Fribourg, plus cher,  aussi. Les travaux d’embellissement au niveau des aménagements urbains de la cité sont  cités  aussi pour justifier cette remise à niveau.

Le document approuvé par le Conseil général et homologué par le Conseil d’Etat définit  trois zones de tarification selon la localisation de la terrasse. Il prévoit aussi l’augmentation de la location des places de manifestation.

Un manque de communication dans cette affaire a aussi été mis en avant. Des contacts ont été noués avec GastroValais pour qu’à l’avenir les modifications soient présentées aux membres.