Sion: des adolescents s’engagent contre le gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire est un véritable fléau en Suisse. Pour apprendre à l’éviter, des adolescents ont mis sur pied un parcours au centre-ville de Sion ce samedi dès 13 h 30.

31 mai 2019, 11:00
Alice Varone et Aline Witschard ont décidé de s’engager contre le gaspillage alimentaire, tout comme Alexandre Witschard (absent de cette photo).

Sensibiliser la population à une consommation durable. C’est l’objectif du parcours proposé au départ de la rue de la cathédrale à Sion, ce samedi dès 13 h 30. Au programme, cinq postes disséminés au centre-ville et ouverts à tous pour apprendre à moins gaspiller.

Des adolescents sont à l’origine du projet: Alice Varone, Aline et Alexandre Witschard. «Nous allons essayer de donner des clés concrètes pour éviter le gaspillage alimentaire», commence Alice, 16 ans.

Dans le cadre d’un programme de l’ONU

En toile de fond de cette action locale, le programme de développement durable de l’ONU qui fixe 17 objectifs globaux à atteindre. Le but numéro deux, intitulé «Faim zéro», qui vise à éradiquer la faim dans le monde à l’horizon 2030, est au centre de ce parcours antigaspillage. Un goûter avec des aliments récupérés en faveur des victimes des catastrophes naturelles au Mozambique viendra d’ailleurs clore la journée.

A lire aussi: Valais: on a testé pour vous l’application antigaspillage alimentaire «Too good to go» et ses paniers à prix réduits

«Je trouve sidérant que certains meurent de faim en 2019, alors que nous avons tout ce que nous voulons à portée de main», s’indigne Alice. Mais en quoi cette action locale peut-elle bien aider? «Cela commence par nous en gaspillant moins.» Aline, 16 ans, complète sa réponse: «Des personnes manquent, même en Suisse, de nourriture. Nous sommes tous concernés par cette problématique.»

Et pourquoi pas un frigo partagé ?

Chaque année, la Suisse produit 2,6 millions de tonnes de déchets alimentaires. Selon la Confédération, deux tiers de ces déchets sont évitables, «c’est-à-dire qu’ils auraient encore pu être consommés au moment où ils ont été jetés». Dans le cadre des objectifs de développement durable des Nations unies, le pays s’est fixé pour objectif de réduire de moitié les pertes alimentaires d’ici à 2030.

A lire aussi: Valais: l’application antigaspillage Too Good To Go avec ses paniers à prix réduits prend ses marques dans le canton

A leur échelle, les trois jeunes gens envisagent certaines solutions, notamment la mise en place d’un frigo partagé, où chacun peut déposer ce qu’il a acheté en trop, comme il en existe déjà ailleurs en Romandie.