La Ville de Sion réfléchit à ses parkings

Marcel Maurer, le président de la Ville de Sion, évoque toute la problématique des parkings suite à la fin de la gratuité des places de parc de l'hôpital.
08 sept. 2015, 17:02
Marcel Maurer aimerait que les gens utilisent davantage les parkings échange à l'extérieur de la ville.

Dès lundi, l’accès au parking de l’hôpital de Sion sera payant. Plusieurs éléments ont provoqué cette mesure notamment le fait que les places de l’hôpital sont envahies par des «ventouses» à savoir des automobilistes qui profitent de la gratuité pour ensuite covoiturer ou gagner le centre-ville. Cette décision aura donc des conséquences pour les parkings de la capitale...

Marcel Maurer, ne pensez-vous pas que les personnes qui utilisaient les places pour se rendre en ville ou covoiturer vont trouver une autre solution «sauvage» ? Le cas échéant, avez-vous pris des mesures?
Nous n’avons pas attendu l’annonce de l’hôpital. Depuis le mois de mai, les parkings des Potences à l’ouest et celui des Echutes à l’est (ndlr, à côté du tennis de Valère) sont accessibles gratuitement. Ils se trouvent à proximité d’un arrêt de bus desservi par une ligne cadencée à vingt minutes. De plus, nous avons équipé ces emplacements d’une vélo-station fermée. Un pendulaire peut donc venir en voiture, parquer son véhicule gratuitement puis se rendre en ville à vélo ou à pied.

Et ça marche?
Pas autant que que nous l’avions espéré mais nous sommes confiants pour la suite. Les gens doivent vraiment changer de philosophie. Aujourd’hui, avec ces deux parkings d’échange, on peut rejoindre le centre-ville en quelques minutes. Depuis l’est, grâce à la passerelle de Vissigen, la Place du midi est à 15 minutes à pied et cinq à vélo.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans nos éditions papier et numériques du samedi 29 août 2015.