Si on sortait ce week-end?

Concerts, photographies, expositions et théâtre, voilà de quoi sortir avec plaisir et curiosité de la morosité pandémique!

19 mai 2021, 21:00
Photographies en mode argentique, un retour vers un passé où le temps avait moins d'importance.

Sion: jeunes regards argentiques

A l’ère de l’image instantanée, stockée en masses inconcevables dans le cloud, saturée de filtres, de GIF’s et déversée à grands flots sur les réseaux, il y a quelque chose de salutaire et précieux dans le fait de valoriser l’image analogique, argentique, révélée dans le processus patient de la photochimie. 

C’est là tout le propos de l’Atelier du regard, qui propose aux étudiants du lycée-collège des Creusets un programme de formation à la culture visuelle par une approche interdisciplinaire, théorique et pratique, portant en particulier sur les domaines de la photographie et du cinéma.  Or, à côté de l’étude théorique des multiples dimensions de l’image, de l’analyse de films et d’œuvres photographiques dans leurs enjeux esthétiques, culturels et techniques et des masterclasses de références internationales (Juliette Binoche, David Seidler, Steve Schapiro…), l’atelier organise, en partenariat avec la Fondation Fellini pour le cinéma, des travaux pratiques qui débouchent sur des expositions mettant en valeur le travail effectué. 

 

@Marie Nguyen

 

«Par ce dialogue entre la théorie et la pratique, grâce aux ressources techniques du laboratoire photo argentique du collège, aux projections et aux conférences, les étudiants acquièrent une culture et une pratique de l’image à même de leur faire comprendre l’importance de ce langage dans l’univers contemporain», explique le professeur Stéphane Marti, président de la Fondation Fellini et responsable de l’Atelier du regard.

Ainsi, jusqu’au 30 mai, le public pourra découvrir à la Maison du Diable à Sion les œuvres sensibles, saisissantes, réalisées en labo photographique par des jeunes dont le regard a été aiguisé dans une approche large, qui ne dédaigne pas non plus les techniques numériques, lors d’un cursus de deux ans, prolongé par celles et ceux qui le souhaitent par une formation dispensée dans le cadre de l’option complémentaire Cinéma.

 

En savoir plus : Le site de la Fondation Fellini

 

Martigny: le Manoir explore la mémoire

 

@DR

 

Quel peut bien être le point commun entre les peinture et dessins de Liliana Salone, les performances et installation du Collectif Facteur, les objets et textes de Katerina Samara, les photographies de Cécile Monnier ou encore les dessins sur le vif du Collectif Marie-Louise? La réponse tient en un mot: la mémoire.

Le Manoir de la Ville de Martigny propose ainsi une exposition – «Les objets de la mémoire (de l’intime au collectif)» –, à travers laquelle les artistes ont été invités à «présenter leur rapport à la mémoire, la leur et celle des autres, à raconter les échos entre nos souvenirs et ceux de différentes générations, à ressortir ce qui peut faire trace dans ce que nous vivons. Comment se rappeler de ce qui passe ou pourquoi l’oublier?

Entre photographies, dessins, broderies, installations, écriture et films, l’exposition nous convie à repenser nos histoires intimes et collectives» précisent les organisateurs. Nous vivons actuellement une période particulière qui nous touche tous de près ou de loin mais que restera-t-il de tout cela? Cet épisode trouble va-t-il rester gravé au fer rouge dans notre mémoire ou, une fois terminé, sombrer dans l’oubli? Telle est la question... 

 

Infos pratiques

Manoir de Martigny, jusqu’au 26 septembre 2021. Du mardi au dimanche de 14 à 18 heures. Programme complet sur le site du manoir de Martigny

 

En savoir plus : Le site du Manoir de Martigny

 

Monthey: un univers multiculturel

 

@DR

 

Ca commence par un Y et ça se termine par un Z. Derrière cette mystérieuse appellation, on trouve Yannick Barman et Vincent Zanetti, deux musiciens hors norme qui ont décidé de mélanger leur talent et leurs influences pour servir sur un plateau un univers sonore multiculturel qui oscille entre le classique, l’électro et le jazz avec un soupçon de world music de fort bonne facture.

Ce n’est pas la première fois que Yannick et Vincent collaborent, eux qui se sont souvent croisés sur disques et sur scènes. Et c’est au Théâtre du Raccot que les deux complices vont proposer leurs musiques actuelles. 

 

Infos pratiques

Théâtre du Raccot, Malévoz Quartier culturel, vendredi 21mai à 19 et 21 heures. 
Réservations obligatoires sur contact@malevozquartierculturel.ch ou au 079 960 32 59.

 

Granges: fenêtres sur Valais noir

 

@Thomas Crausaz

 

Artiste digital, Thomas Crausaz a travaillé dans l’industrie du jeu vidéo en Angleterre pendant dix ans, avant de revenir en Valais pour fonder le département GameArt à l’Epac en 2011. Jusqu’au 17 juillet, il présente ses illustrations digitales contre les fenêtres du café-bar culturel le Kasse-Noisettes, certaines dirigées vers l’intérieur et d’autres vers l’extérieur, des images qui jouent sur les clichés de Valais, entre tradition et technologie.

 

En savoir plus : Le site du Kasse-Noisettes

 

Conthey: les «Corps célestes» de Leah Linh

 

@Leah Linh

 

La Tour lombarde présente en ce moment les œuvres de l’artiste Leah Linh à travers une exposition baptisée «Corps célestes», un exposition qui rassemble des œuvres autour d’un thème cher à l’artiste: la nuit.

Pour la jeune femme, la nuit est une perpétuelle source d’inspiration. Elle est «un espace de l’inconscient, espace sacré qui nous relie à l’origine du monde, nuit mystique, nuit d’extase, nuit étoilée, territoires de l’infini...»

Aucune nuit de Leah Linh n’est identique à une autre et, à travers son approche picturale, on peut sentir l’influence de celle qui a lui a servi de mentor, Tatiana Chirikova, peintre et iconographe russe installée en Suisse. Dans son travail, Leah Linh fusionne ainsi avec habileté les deux cultures dont elle est issue pour un résultat plutôt bluffant.

 

Infos pratiques

La Tour Lombarde, jusqu’au 26 juin 2021. Du lundi au samedi de 11 à 13 heures et de 16 h 30 à 20 heures.

 

Sierre: promenades nocturnes autour du TLH

 

@DR

 

Créé par Mathias Brossard et produit par le Collectif CCC et La Filiale Fantôme pour le TLH, l’adaptation de la dernière BD du jeune auteur flamand Brecht Evens, «Les rigoles», entraîne le spectateur dans une balade nocturne et industrielle.

La BD se déroulant dans une ville, la nuit, c’est tout naturellement que le cadre citadin de la Cité du Soleil se prêtait au mieux pour reproduire théâtralement cette histoire. 

Par petits groupes, les spectateurs vont suivre les pérégrinations nocturnes de Jona, Rodolphe et Victoria – les héros de cette histoire –, découvrir leurs parcours qui s’entremêlent et porter sur ces lieux pourtant communs un regard nouveau initié par les comédiennes et comédiens de la troupe. Une sortie inédite à ne pas manquer. 

 

Infos pratiques

TLH-Sierre, jeudi 20, vendredi 21 et samedi 22 mai à 19 heures, dimanche 23 mai à 18 heures. Réservations obligatoires.

 

En savoir plus : Le site de réservations

 

Sion: une première mondiale pour le festival Flatus

 

@DR

 

Génial inventeur, artiste et savant, Léonard de Vinci avait aussi un goût prononcé pour la musique. On le connaissait de son vivant joueur et improvisateur sur la «lyre de bras», un instrument à cordes dérivé de la vièle. Son esprit fécond a projeté également une flûte à fissures dont le premier prototype jouable sera présenté en concert ce lundi 24 mai à 18 h 30 à l’église des Jésuites à Sion.

C’est la jeune Madeleine Holm, 11 ans, première étudiante en flûte à fissures au Conservatoire cantonal, qui aura l’honneur de faire résonner l’instrument conçu en 2019 par le constructeur Giacomo Andreola pour l’Association de recherche culturelle L. de Vinci (ARCLV). Elle sera accompagnée de sa professeure Anne Casularo-Kirchmeier, présidente de l’ARCLV, et de l’organiste Michel Bignens.

 

 Infos pratiques

Ouverture des portes à 18 heures, entrée échelonnée du public.

 

En savoir plus : Le site du festival 

 

Martigny: Strom|morts: une expo et un concert

 

@Dominique Fumeaux

 

Si on vous dit que cette fin de semaine une exposition doublée d’un concert va vous filer le bourdon mais que vous allez adorer ça, cela vous étonne-t-il? Le bourdon, donc, ou drone dans la culture anglo-saxonne, est un genre musical minimaliste consistant en de longues plages de sons ou agrégats de sons maintenus, visant la transe. On en trouve trace dans différentes cultures, hindouiste, aborigène, occidentale, jusque dans un courant du metal ayant ses adeptes et initiés.  

Initiés, justement, les membres du groupe contheysan Strom|morts le sont. Titulaires d’un prix d’encouragement de l’Etat du Valais, ils cheminent à l’échelle européenne, faisant résonner leurs basses fréquences sur les scènes de clubs comme dans les musées à travers diverses installations centrées sur le son. Dès ce vendredi 21 mai, une exposition retrace l’histoire de ce style musical à la Médiathèque Valais-Martigny et pour marquer l’événement, un concert aura lieu aux Caves du Manoir ce même soir à 20 heures.

 

Infos pratiques

«Musique éternelle - drones et autres bourdons dans la musique depuis toujours», Médiathèque Valais-Martigny, ouverture vendredi 21 mai et concert aux Caves du Manoir à 20heures.

 

En savoir plus : Le site des Caves du Manoir

 

par Xavier Duroux, Jean-François Albelda, Sarah Wicky