Procès en appel à Sion: il aurait violé sa fille de trois ans

Accusé par sa fille de l'avoir violée alors qu'elle n'avait que trois ans, le père d'une famille chablaisienne était rejugé jeudi matin à Sion. Le Ministère public et la défense ont demandé son acquittement suite à une expertise.
17 oct. 2013, 14:35
Me Yannis Sakkas, avocat de la petite victime présumée : "Qui donc a infligé cela à la petite, sinon son père?"

Procès insoutenable jeudi à Sion devant le Tribunal cantonal (TC). Un père de famille recomposée était accusé d’incestes répétés sur sa propre fille, âgée de seulement trois ans. Le Ministère public a requis l’acquittement pur et simple, se basant sur une nouvelle expertise selon laquelle il n’est pas possible de savoir si la fillette raconte la vérité. L’accusé évitera-t-il pour autant de passer une dizaine d’années de prison? Le verdict est attendu dans quelques semaines.

Lors de deux procès précédents à Monthey et Sion (TC), l’homme avait déjà été acquitté sur la base de deux expertises contradictoires. L’une disait que la fillette disait la vérité, mais la seconde affirmait le contraire, et de manière catégorique. C’est alors que le Tribunal fédéral (TF), critiquant le travail du second expert, a requis un nouveau procès et une nouvelle expertise.

Jeudi, devant le TC, le procureur André Morand s’est retrouvé avec en mains cette nouvelle analyse, réalisée par le seul spécialiste ayant accepté ce défi, de nombreuses années après les faits. L’analyse scientifique des propos de l’enfant penche nettement en faveur de l’accusé. «Tout est négatif dans cette expertise» relève le procureur. 

Le récit de ce terrible drame familial dans notre édition de vendredi.