Réservé aux abonnés

«L’humanité régresse dans la protection des enfants»

Constat La Société internationale pour la prévention des abus et de la maltraitance envers les enfants tenait un sommet à Sion. Son président, le Libanais Bernard Gerbaka, nous a accordé une entrevue.

09 mai 2016, 23:17
/ Màj. le 10 mai 2016 à 00:01
Bernard Gerbaka, président de la Société internationale pour la prévention des abus et de la maltraitance envers les enfants (ISPCAN). Sion, le 7 mai 2016

Après Chicago il y a dix ans, c’est Sion qui a accueilli, le week-end dernier, le sommet de la Société internationale pour la prévention des abus et de la maltraitance envers les enfants (ISPCAN).

Ce rendez-vous a pu avoir lieu en Valais grâce à la présence sur notre territoire du Centre interfacultaire en droits de l’enfant de l’Université de Genève et l’Institut international pour les droits de l’enfant, à Sion, fondé par Jean Zermatten.

C’est à l’IUKB, d’ailleurs, que nous avons rencontré le président de l’ISPCAN (voir encadré), Bernard Gerbaka. Ce pédiatre libanais dresse un état des lieux...