Réservé aux abonnés

Le tunnel du Lötschberg, cette voie vers l’emploi

Les Valaisans utilisent avant tout le Lötschberg pour aller travailler dans la capitale fédérale. Depuis l'ouverture du tunnel en 2007, ils ne vont pas plus étudier à la Haute école de Berne, ni se faire davantage soigner à l'hôpital de l'Ile. Reportage.

29 mai 2019, 05:30
Entre 2000 et 2014, le nombre de pendulaires haut-valaisans a bondi de 238 à 1249. Celui des Valaisans du Centre et du Bas, de 148 à 672.

Gare de Viège, 6 h 53, jeudi dernier. Beat descend de l’Interregio dans lequel il est entré dix minutes plus tôt, à Loèche. Dans quatre minutes, il grimpera dans l’Intercity pour Berne, depuis le même quai. Comme chaque jour, et à l’instar des centaines de pendulaires, usagers des trains de 5 h 54, 6 h 57 et 7 h 28.

A lire aussi : Rapprocher, pour quoi faire? L'édito de Vincent Fragnière

Mis en service en 2007, le tunnel de base du Lötschberg a incité de nombr...