Le premier citoyen du pays revient sur ses six premiers mois au perchoir et par le monde

Stéphane Rossini, élu premier citoyen du pays en décembre dernier, revient sur les six premiers mois de sa présidence. Après de nombreux déplacements à l'étranger, il s'apprête à se concentrer désormais sur la Suisse. Et à chercher du travail puisqu'il sera sans emploi, à la fin novembre.

22 mai 2015, 07:00
Stéphane Rossini, un premier citoyen du pays heureux comme un pape, après six mois de présidence du Conseil national.

Milan la veille, Berne le matin, Lausanne l'après-midi et Sion le soir. Stéphane Rossini enchaîne depuis six mois les activités de représentation qui s'ajoutent à sa conduite des services du parlement et des débats fédéraux. A mi-parcours de son année en tant que premier citoyen du pays, le Nendard revient sur les moments forts et raconte les coulisses.

Sans emploi

Le socialiste qui voyagera encore au Koweit et en Argentine cette année, devra par ailleurs se mettre à la recherche d'un emploi. Dès la fin novembre, il n'aura plus aucun mandat, ni politique ni privé. Si certains l'attendent au Conseil d'Etat valaisan en 2017, lui se dit intéressé par le poste de président du Conseil d'administration de l'Hôpital du Valais.

Découvrez l'intégralité de cet article dans nos éditions payantes du 21 mai.