Réservé aux abonnés

Le football est pris en otage

Le jet de fumigènes et de fusées sur le terrain par des supporters serbes a entraîné l'interruption du match après six minutes de jeu. Goran Obradovic encaisse le choc.

14 oct. 2010, 05:02

Le football vit l'un des épisodes les plus noirs de son histoire mardi à Gênes. La rencontre qui oppose l'Italie et la Serbie dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2012 ne se termine pas. L'agitation menée par les supporters serbes conduit à l'interruption définitive du match après six minutes de jeu. Des lancers de fumigènes et de fusées sur la pelouse menacent physiquement les joueurs sans distinction de maillots. Une première vague d'actions nées de la tribune réservée aux visiteurs avaient retardé le coup d'envoi de plus d'une demi-heure. «C'est une catastrophe, les images que j'ai vue...