Réservé aux abonnés

La perte d’un enfant mort-né, un deuil complexe

Après la mort d’un bébé à 30 semaines de grossesse en novembre dernier, enquête sur la problématique du deuil périnatal. Deux familles valaisannes ont accepté de témoigner.

02 févr. 2017, 23:19
/ Màj. le 03 févr. 2017 à 00:01
DATA_ART_4432075

Il y a deux mois, une maman témoignait de sa douleur après avoir perdu son enfant à trente semaines de grossesse à l’hôpital de Sion. Pour elle, une erreur de diagnostic est à l’origine du décès de son bébé. Une enquête pénale a été ouverte par le Ministère public pour homicide par négligence (voir encadré en page 5).

Au-delà de l’affaire elle-même, cette situation met en exergue la souffrance des parents qui subissent un deuil périnatal. L’an dernier, l’hôpital de Sion en a compté dix-huit. «C’est un traumatisme, quelque chose d’imprévisible qui va tourner en boucle dans la tête de l...