La dernière boucherie halal du Valais a fait faillite… mais elle est toujours ouverte

Au moment où la dernière boucherie halal du Valais est déclarée en faillite, les chambres fédérales préparent une loi pour réguler l'importation de la viande préparée selon les rites musulmans.

28 nov. 2017, 15:49
/ Màj. le 28 nov. 2017 à 16:10
La société gérant la boucherie halal de Sion a été mise en faillite. La boucherie sert toujours ses clients.

La Boucherie des Oliviers est la seule en Valais à vendre de la viande abattue selon les rites musulmans. La faillite de la société qui porte ce nom a été bouclée en ce mois de novembre.

Sur place, à l’avenue de la Gare à Sion, surprise, la boucherie est toujours ouverte et vend toujours de la viande halal. Le vendeur explique que l’entreprise a été reprise à titre individuel. Il reconnaît que la situation est difficile, parce que le snack attenant est fermé.

>>A lire aussi: le boucher halal des Valaisans

L’importance du halal pour les musulmans

Pour le président du centre islamique de Sion, Abdul Nasufoski, il n’est pas question de manger une viande non halal, même si la dernière boucherie halal venait à fermer. «La loi ne va pas changer parce qu’une boucherie ferme», lance-t-il, «ce n’est pas seulement une question de religion; les scientifiques disent qu’elle est meilleure pour la santé. Des non-musulmans la préfèrent aussi.»

Une fermeture de la boucherie halal sédunoise ne serait pas forcément une catastrophe à ses yeux. Les musulmans vivant en Valais se déplacent pour acheter leur viande ou mangent d’autre chose, comme du poisson.

Les bouchers pour l'initiative Buttet

Comme la loi suisse ne permet pas d’abattre les animaux sans étourdissement, pour des raisons de protection des animaux, la viande halal est importée. Cette importation ne va pas sans soulever des questions. Le conseiller national Yannick Buttet (PDC) a déposé une initiative parlementaire pour réglementer l’importation de cette viande halal. Elle a été acceptée par les deux chambres fédérales. La commission du National rédige actuellement la loi de mise en œuvre.

L’initiative demande que la viande halal soit déclarée comme telle, pour que les consommateurs suisses sachent dans quelles conditions les animaux ont été abattus. Elle veut aussi que la viande halal ne bénéficie pas d’avantages financiers à l’importation.

Distorsion de concurrence dénoncée

Président des bouchers valaisans, le Montheysan Eddy Farronato soutient cette initiative «à 100%». Il estime que l’abattage des animaux en leur tranchant la gorge «c’est de la barbarie». Il aimerait surtout que les bouchers valaisans soient traités sans distorsion de concurrence. «L’an passé, la taxe d’importation pour la viande halal s’est élevée à 2,58 francs, contre 13 francs pour la viande ordinaire.» Il dénonce d’autant plus cette différence de traitement que la viande halal importée est vendue ici sans que le mode d’abattage ne soit précisé.