Jeux olympiques 2026: la Turquie, un nouveau concurrent très sérieux pour le dossier valdo-valaisan

Après avoir accueilli la version "junior" des Jeux, avec le Festival olympique de la jeunesse, à Erzurum, en février dernier, le président turc Erdogan voit plus grand. Il rêve désormais d'accueillir les Jeux olympiques d'hiver 2026, tout comme la Suisse romande avec Sion 2026.

12 avr. 2017, 17:44
Recep Tayyip Erdogan prépare une candidature pour les Jeux olympiques d'hiver 2026.

La Turquie prépare sa candidature pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver 2026 dans les montagnes du nord-est, à Erzurum. Le président Recep Tayyip Erdogan l'a évoqué de manière claire.

"Erzurum n'est-il pas digne d'accueillir les JO d'hiver ?", a lancé M. Erdogan, cité par les médias turcs. "Nous avons fait le premier pas", a-t-il ajouté, en référence au Festival olympique d'hiver de la jeunesse européenne, qui s'est déroulé à Erzurum en février.

La ville culmine à environ 1900 mètres d'altitude et dispose des meilleures installations de ski de la Turquie, ainsi que d'un tremplin de saut à ski dans la station de Palandöken, située non loin.

"Avec quelques ajustements, nous pouvons aller plus loin", a poursuivi M. Erdogan. "Ce ne serait pas mal d'avoir une candidature commune avec Erzincan et Kars", deux villes voisines. "Nous avons engagé de telles préparations pour 2026", a ajouté le président turc.

Il y a eu de nombreuses spéculations sur l'intérêt de la Turquie pour les JO 2026, que le Comité international olympique (CIO) doit attribuer en 2019, mais cette déclaration est la première confirmation de cette volonté par M. Erdogan.

Frustrée par l'échec de la candidature d'Istanbul pour les Jeux d'été de 2020, la Turquie a répété ces derniers mois qu'elle souhaitait accueillir des événements sportifs majeurs. Le président turc s'est ainsi entretenu mardi avec Chase Carey, le nouveau patron de la F1, au sujet d'un retour prochain de la Formule 1 en Turquie.