Finale de la Coupe de Suisse: Zurich s'impose face à Bâle

Le FC Zurich s'impose 2-0 sur un doublé de Mario Gavranovic. L'arbitrage de la rencontre fait déjà scandale.
21 avr. 2014, 16:56
Le FC Zurich a pris le meilleur du FC Bâle au terme d'une rencontre qui a vu les Rhénans finir à neuf.

Qui a dit que le FC Bâle était favorisé par l'arbitrage ? Le scénario de la finale de la Coupe de Suisse s'inscrit en faux contre une telle affirmation. Battus 2-0 au Stade de Suisse par le FC Zurich sur un doublé de Mario Gavranovic, les Rhénans peuvent crier au scandale.

Quelques secondes avant le 1-0 inscrit de la tête par le Tessinois à la 110e, Sio avait écopé d'un second carton jaune pour une simulation. Or, l'Ivoirien avait bien été victime d'une faute de Jorge Teixeira dans la surface. A la place du penalty dont ils auraient dû bénéficier, les Bâlois se retrouvaient à neuf contre onze. Ils évoluaient, en effet, en infériorité numérique depuis la faute de dernier recours commise par Sauro sur Etoundi à la 66e. Déjà expulsé onze jours plus tôt à Valence en Europa League, l'Argentin cultive un vilain défaut: celui de craquer dans les grands matches.

A neuf contre onze, le FC Bâle aura tenu moins d'une minute. Comme à Valence, cette double infériorité numérique ne pouvait que le conduire à sa perte. Il reste maintenant aux Rhénans à digérer au plus vite cette deuxième finale de Coupe perdue en l'espace de douze mois. Dimanche, ils peuvent prendre une option décisive sur la conquête du championnat, leur objectif principal, à l'occasion de la venue des Grasshoppers au Parc Saint-Jacques.

Même favorisé par la décision de l'arbitre Graf à la 109e minute, le succès du FC Zurich est amplement mérité. Sous l'impulsion d'un Yassine Chikhaoui remarquable, la formation d'Urs Meier a exercé une réelle emprise sur ce match qui fut trop longtemps cadenassé. Le Tunisien fut dans tous les bons coups. Son raid pour le 2-0 de Gavranovic à la 114e témoigne de toute sa classe. Son départ progammé en Italie l'été prochain sera une perte pour la Super League.

Contre toute attente, ce Clasico n'a pas rencontré le succès populaire espéré. Le Stade de Suisse n'avait de loin pas fait le plein pour cette affiche avec une affluence bien modeste de 23 312 spectateurs. Ce constat conduit à une vérité que personne ne pourra contester: le FC Sion est bien la seule équipe du pays qui remplit à coup sûr le Stade de Suisse.

Récemment à Valence, le FC Bâle avait déjà été réduit à 9 contre 11 en match retour des quarts de finale de l'Europa League, s'inclinant 5-0 après prolongation (élimination).