Fermeture de Panasonic: Unia Valais dénonce des «méthodes de voyous»

Active dans les télécommunications et basée à Sion, NewSat Communications a confirmé sa volonté de fermer son site de Sion au 31 octobre prochain. Le syndicat Unia dénonce

20 août 2019, 18:18
NewSat (c) Le Nouvelliste

Panasonic «refuse de négocier» et a décliné la proposition cantonale d’une séance de conciliation. L’enseigne NewSat Communications de Sion fermera donc au 31 octobre prochain. La délégation de Panasonic, dont le siège est à Houston, «n’a pris en compte aucune proposition élaborée par le personnel pour sauvegarder des emplois et le site sédunois», regrette le syndicat Unia Valais dans un communiqué envoyé ce mardi. Dix salariés ont reçu leur congé pour cette date, alors que six autres ont reçu une offre de télétravail.

A lire aussi : NewSat Communications veut fermer son site de Sion

Unia dénonce les «méthodes de voyous» de la multinationale. «Panasonic conditionne l’octroi des indemnités de départ au fait que les salariés renoncent à un de leurs droits les plus élémentaires, à savoir la protection contre les licenciements ou le report du délai de congé en cas de maladie (article 336c du Code des obligations). Outre l’aspect totalement immoral et l’impact financier important que peut avoir le renoncement à ce droit usuel, cette condition inique peut en outre avoir des conséquences fâcheuses sur le droit au chômage des salariés», tempête Blaise Carron, secrétaire syndical. «Non seulement les salariés perdront leur emploi, mais en plus Panasonic fait peser une épée de Damoclès sur la santé des salariés».

Indemnités «éloignées des standards»

Que ce soit lors des séances ou à travers nos échanges par mails, nous avons pu constater que non seulement les indemnités proposées par Panasonic sont très éloignées des standards de la branche de l’industrie et des pratiques usuelles des entreprises multinationales mais que, plus grave encore, Panasonic exerce un réel chantage sur le personnel qui perdra son emploi», tonne Unia Valais.