Réservé aux abonnés

Diamant valaisan pour montres de luxe

Le fabricant neuchâtelois Ulysse Nardin confie la fabrication de certaines pièces en silicium ou en diamant à Sigatec S.A.

13 nov. 2010, 05:01

La montre mécanique avait failli disparaître lors de la grande crise horlogère des années septante et quatre-vingt. On ne jurait plus que par le quartz. Tant et si bien que le nombre de mouvements mécaniques fabriqués avait chuté de 74 à 4 millions. Le retour des jours meilleurs dans le secteur a coïncidé avec celui de la montre mécanique automatique. Le manufacturier neuchâtelois Ulysse Nardin allait se positionner comme l'un des acteurs principaux de ce renouveau. «Pas avec les procédés de grand-papa, mais en cherchant constamment à innover, à utiliser les techniques du troisième millénaire»...