Des affiches trop "hot" sprayées en ville de Sion

Apparue dans nos rues cette semaine, la seconde série d'affiches de la campagne «Love Life» contre le sida est déjà la cible d'une contestation.

07 août 2014, 17:42
Deux femmes enlacées - et sprayées par un inconnu -  à l'entrée des galeries sédunoises.

Les nouvelles affiches grand format de la campagne «Love Life» montrant des couples faisant l’amour ont immédiatement été taguées avec de la peinture bleue, dès leur accrochage en ville de Sion. Les images attaquées montrent deux femmes en pleine action à l’entrée des Galeries sédunoises, deux hommes dans le quartier sous-gare et encore deux gays à la sortie Ouest de l’autoroute. L’auteur de ces coups rageurs de spray n’ayant pas été identifié, impossible de savoir s’il en veut seulement à la présence de scènes trop chaudes à son goût, ou s’il vise directement la communauté homosexuelle.

«Faire l’amour, choquant ?»

Secrétaire générale de l’association suisse des lesbiennes, la Valaisanne Barbara Lanthemann soutient cette campagne lancée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP. «Je suis contente que les lesbiennes y soient inclues. La Valaisanne voit «une forme d’hypocrisie chez les personnes choquées par ces affiches. Nous sommes dans une société où la notion de plaisir est forte. Faire l’amour est-ce choquant ?»  Et la protection des enfants? «Il faut arrêter! On parle du sida, de quelque chose de grave. Et vous ne croyez pas que les enfants n’ont pas déjà vu ces scènes mille fois ? Et tant mieux, cela donne l’occasion de leur expliquer les choses…»

Lors de son lancer en mai dernier, cette campagne avait déjà suscité bon nombre de réactions à cause de la mise en scène de couples sur la voie publique. En remettant une couche, l’OFSP ne calme pas le jeu, mais se défend de faire de la surenchère. Le Réseau évangélique suisse, qui a récolté 10'000 signatures en deux semaines contre cette campagne, estime que l’OFSP ne tient pas compte de la sensibilité d’une partie de la population.

Découvrez dans nos éditions payantes de vendredi les réactions des partis politiques valaisans.