Coronavirus: un plan de reprise pour la Compagnie des Archers de la Tour

«Le Nouvelliste» vous propose de découvrir la vie des clubs sportifs valaisans frappés par l’épidémie. La Compagnie des Archers de la Tour espère reprendre ses activités en plein air dans un délai proche.

28 avr. 2020, 19:00
Le site du Carolet près d'Aproz demeure interdit d'accès pour les membres de la compagnie des Archers de La Tour.

Le Nouvelliste

L’espoir d’un retour à une activité déconfinée grandit pour les membres de la Compagnie des Archers de la Tour. Elle attend la réponse de l’Office Fédéral du Sport à un concept de reprise présenté par Swiss Archery, l’organe faîtier du tir à l’arc au niveau national. «Nous avons soumis notre projet avec les différentes mesures nécessaires au respect prescriptions sanitaires en vigueur», confie Maël Lorétan qui préside simultanément l’instance nationale et la société basée à Sion.

Les tireurs sédunois ont rangé leurs flèches depuis le 13 mars. «L’arrêt des activités est intervenu en pleine transition entre la fin de la saison d’hiver en salle et la reprise des entraînements et des compétitions à l’extérieur.» La crise a conduit à l’annulation des championnats de Suisse en salle. Prévu le 7 juin, l’Open Field de Sion a été annulé.

Nous ne devrions pas avoir de défections chez les adultes, les jeunes auront peut-être adopté une autre activité.
Maël Lorétan, président de la Compagnie des Archers de la Tour

Le site du Carolet près d’Aproz demeure fermé. «Nous avons sorti quelques cibles pour les membres qui désiraient s’entraîner à domicile. Ils le faisaient déjà avant cette coupure. Même le tir à courte distance exige des mesures de sécurité très strictes. Il faut disposer d’un jardin avec un mur d’enceinte ou d’un garage assez grand.».Les entraînements en pleine nature, la pratique dite field, subissent un sort similaire. Le parcours des Agettes compte 28 cibles. «Elles sont réparties sur toute la forêt. Le retour à la normale y sera moins compliqué puisque les archers ne se croisent jamais.»

La reprise à longue distance sur les terrains demandera quelques aménagements. Des zones seront déterminées afin de ne pas concentrer trop de personnes dans un espace restreint. «Nous devrons aussi introduire un système de réservation. Ce sont surtout les entraînements de groupe qui nécessiteront des adaptations. Trois secteurs permettraient à 15 personnes de s’exercer simultanément.» Deux membres du club appartiennent à l’équipe nationale, un concourt au sein de la sélection romande. «Ils seront peut-être contraints de passer de séances quotidiennes à deux ou trois hebdomadaires. Ce sera certainement un petit handicap jusqu’au retour à une situation normale.»

Les différentes applications de communication ont maintenu le lien entre les archers et les entraîneurs, notamment un programme de condition physique. «Ceux qui ont la possibilité de tirer ont filmé leur travail qui a été analysé.» La compagnie recense plus d’une centaine de membres. «Elle n’est pas en danger financièrement. Nous avons toujours maintenu une réserve et des comptes globalement équilibrés. Le risque d’un exercice déficitaire existe avec l’annulation d’une compétition nationale et celles d’animations pour les entreprises. Elles entraîneront un manque à gagner.»

A lire aussi : Coronavirus: le Club de ninjutsu de Sion attend la reprise avec impatience

A lire aussi : Coronavirus: on ne tire plus à La Liennoise

 

L’info solidaire
Dans la situation sanitaire hors norme que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise.
Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch