Coronavirus: la stratégie de vaccination se met en place en Valais

Une cellule spéciale planche actuellement sur la mise en place d’une large campagne de vaccination en Valais. Trois centres ambulatoires vont être aménagés dans des lieux encore à définir dans le Haut-Valais, le Centre et le Bas.

11 déc. 2020, 11:24
La stratégie de vaccination se met en place dans notre canton. Tout devra être prêt pour le début 2021.

«Nous sommes en train de plancher sur un concept global de vaccination pour le Valais.» Chef du Service de la santé publique valaisanne, Victor Fournier confirme une information de nos confrères de Canal9. «Pour l’instant, plusieurs inconnues doivent encore être levées. Mais d’ici à la fin de l’année, nous serons prêts afin de pouvoir lancer cette large campagne aux premiers jours de 2021.»

C’est un groupe de travail d’une dizaine de personnes qui est en train de jeter les bases de ce plan cantonal qui prévoit l’ouverture de trois centres de vaccination officiels. «Un par région», précise Victor Fournier. Les pistes de Brigue, Sion et Monthey sont les plus chaudes. «Mais pour l’heure, rien de définitif n’est arrêté. Nous devons nous assurer que les lieux sélectionnés de 500 mètres carrés au minimum peuvent être immédiatement fonctionnels.»

10 000 injections par semaine

Forts d’un personnel composé de 12 à 15 professionnels et appelés à être ouverts pour une durée d’au moins six mois, ces centres ne devraient cependant pas suffire. «Vu l’ampleur de la vaccination, ces centres sont censés renforcer les médecins de premier recours ainsi que les pharmacies qui pratiquent déjà la vaccination. Mais pour les pharmacies, nous aurons besoin de l’aval des autorités sanitaires fédérales.»

Six cent mille doses devraient être mises à la disposition du canton dans un premier temps. Cela à condition bien sûr que les trois vaccins retenus par la Confédération soient homologués par Swissmedic. «Il faudra deux injections par personne», rappelle Victor Fournier qui précise que les premiers concernés seront les personnes vulnérables, les personnes âgées de plus de 75 ans, puis le personnel soignant.

Pas d’obligation

Pour approcher un taux de vaccination de 70%, notre canton devra procéder à environ 10 000 injections par semaine. «Sans aucune obligation pour personne», précise le chef du Service de la santé.

Rappelons toutefois que cet acte de prévention sera pris en charge par les assureurs maladie, sans franchise, ce qui représente un montant de 200 à 250 millions de francs. Un montant identique incombera à la Confédération qui assumera les frais de transport, de distribution du vaccin dans les cantons ainsi que les coûts dépassant les 5 francs par dose de vaccin. Le canton quant à lui devra assumer les coûts de logistique.