Apprentis valaisans: halte aux jeux d'argent

Addiction Valais veut sensibiliser les milliers d'apprentis du canton aux dépendances du jeu d'argent. La campagne commencera en novembre dans les établissements valaisans de formation professionnelle.
17 oct. 2013, 11:06
Les jeux d'argent attirent les apprentis qui voient là un moyen de gagner rapidement beaucoup d'argent.

Un apprenti sur cinq est un joueur régulier –  soit au moins une fois par semaine, selon une étude réalisée au centre de formation professionnelle de Sion en 2010. Le public concerné est surtout composé d’hommes. «La problématique concerne moins les collégiens  qui souffrent davantage de dépendance aux jeux vidéo», ajoute Gislaine Carron Acone, d’Addiction Valais, à l’origine d’un programme de prévention des jeux d’argent au sein des centres de formation professionnelle valaisans. 

Ce projet-pilote de prévention se concrétisera début novembre dans les établissements de formation des apprentis, sous la forme d’un concours qui devrait intriguer les jeunes concernés.

Motivation: l'espoir de gagner de l'argent rapidement

La possibilité de gagner rapidement de l’argent est souvent la motivation des personnes jouant à la loterie ou achetant un billet à gratter. Certains jeunes dépensent ainsi un budget important chaque mois pour se procurer des tickets. «Il faut qu’ils comprennent que ce n’est que du hasard: dans ces jeux-là, il est impossible d’élaborer une stratégie pour gagner. Tout repose sur le hasard, qui ne peut ni être maîtrisé, ni contrôlé.» La probabilité de gagner à la loterie n’est que de 1 sur 14 millions. Même si certains jeunes joueurs, grisés d’avoir emporté un peu d’argent lors de leur premier jeu, ne croient pas en ces chiffres.

Pour Guislaine Carron Acone, il est ainsi important d’agir tôt. « Le profil pathologique du dépendant aux jeux d’argent est généralement un homme entre 30 et 40 ans. Tout son salaire passe dans les jeux. Or, si à l’adolescence, on fait de la prévention, on peut sans doute éviter les pathologies plus tard.»

A lire le dossier complet sur ce sujet dans l'édition papier du Nouvelliste de vendredi.