Andris Vanins: "Je n'en veux ni au FC Sion, ni à Constantin"

Après sept ans ans de vie commune, Andris Vanins a quitté le FC Sion en juin malgré un contrat qui courait jusqu'en 2017. "C'est le football", explique le nouveau gardien du FC Zurich qui revient pour la première fois sur cette séparation anticipée et sur ses années valaisannes.

21 juil. 2016, 07:36
Andris Vanins a déjà pris ses marques au complexe sportif d'Allmend Brunau, le centre d'entraînement du FC Zurich,

Andris Vanins n'est pas un gardien aigri. L'international letton a quitté le FC Sion en juin après sept saisons jouées sous le maillot rouge et blanc et malgré un contrat valable jusqu'en juin 2017. Ce départ anticipé ne provoque ni rancoeur, ni colère envers le club valaisan ou envers Christian Constantin, son président. "J'en suis le seul responsable", confie-t-il de Zurich où il s''apprête à découvrir la Challenge League sous les couleurs du FCZ. "Ne dites pas que le FC Zurich est un club de deuxième divsion", motive-t-il après un mois d'entraînement dans son nouveau club.

L'ancien ange gardien de Tourbillon a déjà pris ses marques dans son nouveau milieu. "La différence entre jouer au FCZ et au FC Sion? Le trajet en voiture pour rejoindre le centre d'entraînement me prend beaucoup plus de temps qu'à Martigny même si les distances sont les mêmes", explique-t-il en riant."Non, sérieusement, le club a gardé les standards de la Supre League. Tout est organisé pour que nous pensions qu'au foot. La communication avec mes coéquipiers se passe très bien. La majorité parle français. Et l'anglais aussi."

Retrouvez dans nos éditions payantes du jour l'intégralité de la première interview d'Andris Vanins depuis son départ du Valais et découvrez la plus grande fierté de ses sept années sédunoises.