Aéroport de Sion: l'approche GPS a été testée avec succès

Un airbus A-320 s'est posé mardi en fin d'après-midi à Sion. L'appareil a été utilisé afin de tester la nouvelle approche par GPS qui va permettre, dans un futur proche, d'accueillir des avions plus gros même par mauvais temps.

10 sept. 2013, 18:50
L'Airbus s'est posé sans encombre mardi en fin d'après-midi.

"Tout s'est très bien passé. Le vol s'est parfaitement bien déroulé". Andrew Zahn est un pilote heureux. Mardi en fin d'après-midi, il a atterri sur la piste de l'aéroport de Sion avec un Airbus A-320. Une première rendue possible grâce au nouveau système d'approche par satellite. "Actuellement, pour se poser à Sion avec le système de guidage IFR, un avion qui rentre dans la plaine du Rhône par le Bietschhorn doit effectuer une descente à six degrés afin d'atteindre la piste de Sion. C'est beaucoup trop pour certains avions. Nous avons donc mis sur pied une approche par satellite. La descente est beaucoup moins pentue, l'avion pénètre dans la plaine du Rhône aux environs de Gltetsch et descend progressivement", détaille Bernard Karrer, directeur de l'aéroport de Sion.

L'atterrissage de l'Airbus n'est que la première partie de la validation. "Il y a encore beaucoup à faire. Nous devons négocier avec des partenaires, discuter avec l'OFAC, réaliser des qualifications. J'espère que tout sera prêt pour décembre 2014", conclut Bernard Karrer.

Retrouvez toutes les précisions et les réactions de Jacques Melly ainsi que Marcel Maurer dans notre édition du 11 septembre.