Achats de Noël: des villes romandes unies contre le commerce en ligne

Une campagne a été lancée par plusieurs villes romandes afin de soutenir le commerce local face aux géants de la vente en ligne. Une pétition circule.

19 nov. 2020, 17:20
La pétition, initiée par la Ville de Lausanne, a déjà été signée par une trentaine de syndics ou maires. (illustration)

Des villes romandes lancent une campagne pour soutenir le commerce local face aux multinationales de la vente en ligne. Leur pétition, initiée par la Ville de Lausanne, a déjà été signée par une trentaine de syndics ou maires.

Intitulée «Noël en ville plutôt qu’en ligne», cette démarche a été inspirée par l’opération en France «Noël sans Amazon», explique jeudi Grégoire Junod, syndic de Lausanne, interrogé par Keystone-ATS.

Le socialiste figure dans une liste qui comprend majoritairement des syndics vaudois, mais aussi des maires ou présidents de communes d’autres cantons comme Sami Kanaan pour Genève, Philippe Varone pour Sion ou Erich Fehr pour Bienne.

 

 

«Cet appel répond à de gros enjeux: défendre le commerce local et ses emplois ainsi que maintenir la vitalité des centres-villes», relève M. Junod. La pétition s’inscrit dans le sillage d’autres opérations visant le même but, à l’instar des bons remis à la population dans certaines villes pour acheter local, poursuit le syndic de Lausanne.

Rédigée sous la forme d’une lettre au Père Noël, la pétition mentionne aussi l’impact écologique d’achats chez Amazon et autre Zalando. «Le modèle des géants du web et du commerce en ligne est un non-sens social et écologique, destructeur de nos emplois et de notre planète», est-il écrit.

Sensibilisation

M. Junod espère que la pétition lancée jeudi soit signée par le plus grand nombre de citoyens et qu’elle permette «une prise de conscience» au sein de la population. Il reconnaît que les villes n’ont pas d’autres moyens que la sensibilisation pour lutter contre les géants du web.

«Les mesures fiscales contre ces acteurs ou en matière de protection des données dépassent très largement les compétences des communes», relève-t-il.

Interrogé sur une autre pratique qui prétérite les petits commerces, le Black Friday, M. Junod reconnaît que cette opération favorise surtout «les gros acteurs.» Il met toutefois en garde contre une éventuelle «stigmatisation» de certains consommateurs qui, grâce aux rabais offerts durant le Black Friday, peuvent s’offrir des produits auxquels ils n’ont pas accès normalement.