1er mai: malgré la pluie, importante mobilisation dans les rues suisses

En Suisse, comme partout dans le monde, des travailleurs sont descendus dans les rues à l'occasion du 1er mai.

01 mai 2017, 17:24
Manifestation à Zurich.

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues lundi dans la rue en Suisse pour le 1er mai, répondant à l'appel des syndicats sous le slogan "Un avenir pour toutes et tous. Plus social, plus juste". Politiciens et syndicalistes sont montés à la tribune dans plus de 50 localités.

Malgré un temps pluvieux et parfois très frais, la population s'est mobilisée pour la fête du travail. Ainsi les manifestants étaient environ 12'000 à Zurich, près de 2000 à Bâle, plusieurs centaines à Berne et 400 à 500 à Bellinzone, a constaté l'ats sur place. Quelques déprédations ont eu lieu à Zurich, notamment des graffitis sur des façades de la vieille ville.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a choisi Sion pour sa rencontre du 1er mai avec des travailleurs. Elle s'est intéressée à la cohabitation sur un chantier où de multiples nationalités se côtoient.

 

 

Reconnaître la valeur du travail

De nombreux syndicalistes ont aussi exprimé leurs revendications. Pour la présidente d'Unia, Vania Alleva, le travail doit être reconnu à sa vraie valeur, "sous forme de rémunération équitable, de bonnes conditions de travail et de sécurité sociale, mais aussi sous forme de respect et de dignité", a-t-elle dit à Berne puis à Thoune (BE).

"Le chômage, l'incertitude liée à l'emploi, les pressions salariales, les contrats précaires, la flexibilisation unilatérale gagnent du terrain, en Suisse comme dans beaucoup d'autres pays. D'où une insécurité sociale croissante, des inégalités toujours plus extrêmes et des discriminations en hausse", a poursuivi Mme Alleva.

 

 

Des rentes plus sûres

A Baden (AG), le président de l'Union syndicale suisse (USS), Paul Rechsteiner, a appelé à soutenir la réforme Prévoyance vieillesse 2020. Parce que, selon lui, "d'une proposition qui aurait affaibli l'AVS, elle est devenue un projet qui la renforce".

Les hausses de rentes de 840 francs par an pour les personnes seules et allant jusqu'à 2712 francs pour les couples ne sont pas rien, a souligné le conseiller aux Etats (PS/SG). "Celles et ceux qui estiment dérisoires ces améliorations des rentes AVS n'ont aucune idée de la réalité des gens."

 

Néo-libéralisme dénoncé

Chef de l'industrie d'Unia, Corrado Pardini s'en est pris pour sa part à St-Gall au néo-libéralisme, qui conduit, selon lui, "aux conflits armés et à la guerre civile". Et de mentionner des tendances encourageantes. Comme en France, où le mouvement lancé par Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) a forgé une alternative au néolibéralisme.

A Bülach (ZH), la présidente du Syndicat des services publics (SSP), Katharina Prelicz-Huber, a fustigé le démantèlement de l'Etat, les cadeaux fiscaux et les politiques d'austérité.