1 semaine, 1 ville à Sierre: qui est le comte Adrien de La Valette, qui donne son nom à la place de la gare?

Dans le cadre de notre dossier 1 semaine, 1 ville dédié à Sierre, retrouvez tous les jours une anecdote en lien avec la Cité du Soleil. Ce mercredi, on vous parle du chemin de fer qui passe par Sierre.
14 déc. 2021, 14:19
/ Màj. le 17 déc. 2021 à 18:00
Le comte Adrien de La Valette a donné son nom à la place de la gare de Sierre.


Cet article est publié dans le cadre de notre dossier 1 semaine, 1 ville dédié à Sierre.

Retrouvez tous les grands projets, les chiffres-clés, les portraits et les micros-trottoirs.

Qui est le comte Adrien de La Valette, qui donne son nom à la place de la gare?

Journaliste puis homme d’affaires français, le comte Adrien de La Valette est le concepteur de la ligne ferroviaire du Simplon. 

En 1854, le gouvernement valaisan lui octroie une concession permettant de relier, par le rail, Le Bouveret à Brigue. Adrien de La Valette monte une société et lève les fonds nécessaires à ce projet. Le train arrive en gare de Martigny en 1859, puis à Sion une année plus tard. 

A lire aussi: 1 semaine, 1 ville à Sierre: pourquoi les abords de l’avenue du Marché sont-ils parsemés d'anneaux en fer forgé?

«Faute de liquidités, la société est alors mise en faillite et placée sous séquestre. Bien décidé à poursuivre son projet, Adrien de La Valette appâte de nouveaux bailleurs de fonds, ce qui lui permettra de monter une nouvelle société et de poursuivre les travaux», explique Jean-Henry Papilloud, président de la Société d’histoire du Valais et coauteur d’un ouvrage sur l’histoire de la circulation en Valais. 


 Concepteur de la ligne ferroviaire du Simplon, le comte Adrien de La Valette a amené le train à Sierre en 1868. SHVR, Annales valaisannes, 1961


La gare de Sierre est inaugurée les 6, 7 et 8 septembre 1868. Le train contribue au développement de l’économie, de l’agriculture, de l’industrie et du tourisme dans la région. «Bien qu’étant parfois affublé d’une réputation pas toujours à son avantage du fait de ses différentes déconvenues financières, le comte Adrien de La Valette a fait entrer Sierre, et tout le canton, dans une nouvelle dimension. Cela méritait bien une place à son nom dans la Cité du Soleil», termine Jean-Henry Papilloud.

A lire aussi: 1 semaine, 1 ville à Sierre: Marie-Angèle Moos, la reine des bénévoles

par Florent Bagnoud