Même sans Stephan Eicher, le Tohu-Bohu Festival de Veyras promet d’être festif

Amputé de l’une de ses têtes d’affiche, le Tohu-Bohu Festival de Veyras veut rebondir avec une programmation jeune et festive.

04 sept. 2018, 17:30
La venue du rappeur-chanteur français Lomepal, l'un des gros coups du prochain Tohu-Bohu Festival qui démarre jeudi.

Jeudi dernier, c’est un peu le ciel qui tombait sur la tête de Lionel Martin et de son équipe. Stephan Eicher, tête d’affiche de la soirée d’ouverture du Tohu-Bohu Festival, ne jouerait pas à Veyras. Point de foucade de star mais la faute à une hernie discale forçant le chanteur à lever le pied.

«On n’avait pas de plan B car on avait encore eu confirmation de sa venue à la mi-août», explique le directeur. Qui a multiplié les coups de fil pour faire face à cette défection. Finalement, deux remplaçants ont pu être dénichés… en deux jours! Un tour de force dans une période ordinairement creuse pour les artistes.

Les Suisses du Gypsy Sound System Orkestra et les Ivoiriens du Magic System joueront les substituts de luxe jeudi. «On est très content de les avoir. Ce sont des groupes rassembleurs pour une soirée populaire», commente Lionel Martin.

A lire aussi : System et Gypsy Sound System Orkestra pallieront l’absence de Stephan Eicher

 

 

Au niveau des préventes, mention spéciale à la soirée de samedi résolument jeune – «la deuxième soirée qui marche le mieux depuis 2012». De bon augure pour ce millésime 2018 qui suit une édition déficitaire, plombée par la météo et «une erreur de casting le jeudi».

A lire aussi : Comment le Tohu-Bohu pourra rester en vie

«Il était clair dans nos têtes qu’on ferait la 15e en 2019. Après nos déboires de l’an dernier, on a senti un vrai élan solidaire et notre motivation est à bloc», lance le timonier. Qui se réjouit tout spécialement de la venue du reggaeman Patrice et des moustachus de Deluxe, courtisés depuis quatre ans.

 

 

Oubliés aussi les problèmes de voisinage qui avaient vu certains riverains se plaindre des nuisances sonores. «Si on a jadis manqué de proactivité, on marche aujourd’hui main dans la main.» Lionel Martin veut croire que la carte festive sera l’atout gagnant de son festival. 6000 amateurs de musique devraient vibrer à Veyras cette fin de semaine.

A lire aussi : Veyras: les riverains du Tohu-Bohu en ont ras les oreilles