Les carnavals du Valais central se posent des questions sur leur avenir

Des frais de sécurité qui explosent à Sion, des contraintes liées à la prévention à Savièse, des bénévoles qui se font timides pour prendre la relève à St-Léonard et à Chalais, ou alors un ciel sans nuage à Miège ou à Evolène, tour d'horizon des perspectives d'avenir des principaux carnavals organisés dans le Valais central.

03 févr. 2017, 15:49
/ Màj. le 03 févr. 2017 à 17:00
Certains carnavals, comme ici à Evolène, ne se font pas de soucis pour leur avenir.

1. Sion - Les frais de sécurité ont pratiquement triplé en moins de 15 ans

A Sion, l'an dernier, certaines tentes du carnaval avaient été tailladées avant même le début de la manifestation. Plus généralement, les coûts liés à la sécurité ont presque triplé en moins de 15 ans et représentent aujourd'hui 70'000 francs.

 

2. Savièse - Pour obtenir le "Label Fiesta", la fête se terminera à 21 h le vendredi et le samedi

En 2016, une dénonciation pour agression sexuelle et une chute grave avaient entaché le carnaval. Les autorités ont exigé des organisateurs l'obtention du "Label Fiesta". Dès lors les horaires de la fête ont été drastiquement réduits.

 

3. Evolène - Les jeunes et leurs parents ne laisseront pas le carnaval disparaître

Les peluches, les empaillés et les maries, jeunes et moins jeunes, maintiennent le carnaval bien vivant. Peut-être parfois un peu trop pour certains patrons de bistrots. 

 

4. St-Léonard - 4 membres du comité partent et les jeunes peinent à s'engager à moyen terme

Sur les 7 personnes actuellement au comité, 4 partiront après cette édition 2017 et les jeunes du village devront se mobiliser pour maintenir une tradition ressuscitée il y a 12 ans.

 

5. Chalais - Personne ne veut que ça s'arrête, mais la relève ne se presse pas au portillon

En 2018, le carnaval chalaisard fêtera sa 18e édition. Elle ne semble pas vraiment menacée, mais les organisateurs sont à la recherche de forces vives pour renouveler le comité. 

 

6. Miège - Le souper de soutien affiche toujours complet et les bénévoles suivent

Pas de difficultés particulières rencontrées du côté de Miège où les bénévoles sont toujours assez nombreux et le souper de soutien organisé pour récolter des fonds cartonne chaque année.

>A lire aussi - Et si le carnaval ne revenait pas?