France: un ambulancier sauvé par le malade qu'il transportait

Le patient d'une ambulance a sauvé, jeudi 11 avril, à Berck, dans le nord de la France, le chauffeur de celle-ci, qui faisait une crise cardiaque, en prenant lui-même le volant pour le conduire à l'hôpital le plus proche.

17 avr. 2013, 17:43
ambulance_2

Un patient gravement malade a sauvé la vie de son ambulancier qui était en train de faire une crise cardiaque en le conduisant à l'hôpital dans le nord de la France, a indiqué mercredi une source hospitalière, confirmant une information du journal "La Voix du Nord".

Cet habitant de Berck-sur-mer s'est rendu compte que son ambulancier, qui l'emmenait à Lille le 11 avril pour y faire un scanner, présentait les "symptômes d'une pathologie" et a donc décidé de prendre le volant pour l'emmener à l'hôpital le plus proche, celui de Lens, a indiqué un cadre de cet hôpital.

Christian Nayet, 60 ans, souffre d'un cancer à un stade avancé, selon le quotidien nordiste, auquel il a rapporté s'être rendu compte en plein trajet que son ambulancier était en train de faire une crise cardiaque. L'habitant de Berck, craignant que le Samu ne mette trop de temps à arriver, s'est adressé à l'ambulancier.

"Les bons réflexes"

"Je lui ai dit: 'Donne-moi tes clés, fais-moi confiance. Ma vie n'est pas en danger, mais la tienne, oui! On va rouler vite. Mon scanner peut attendre. Dans dix minutes, t'es sorti d'affaire'. Je n'arrivais pas à trouver la sirène, j'ai mis les phares et je lui ai dit de passer son bras par la fenêtre pour que les voitures nous laissent passer".

"Il a entré le véhicule dans le sas des ambulances comme l'aurait fait n'importe-quel ambulancier", a raconté Frédéric Allienne, cadre de santé au service des urgences de l'hôpital de Lens. "Le patient a donné les bonnes informations, a eu les bons réflexes, ce qui a permis une prise en charge rapide de l'ambulancier" sur le "plateau technique de cardiologie", poursuit-il, admiratif.

Auparavant, M. Nayet avait administré à l'ambulancier un anti-coagulant qu'il avait sur lui, pour fluidifier son sang et favoriser ainsi une meilleure circulation sanguine.