Réservé aux abonnés

Le droséra, la plante qui «mange» et qui aide à soigner le mal à dire

Le droséra libère la parole et est recommandé en cas de toux sèche ou irritative. On trouve aussi cette plante carnivore dans des préparations contre les verrues ou les kystes. Inventaire de ses vertus avec le droguiste Jean-Pierre Rouvinez.

11 juin 2019, 08:00
La sécrétion visqueuse et collante des feuilles sert à attirer et à retenir les petits insectes, qui sont ensuite digérés grâce à des sucs.

Le nom droséra vient du grec drosos et droseros, c’est-à-dire «rosée» et «humide de rosée», par allusion aux gouttelettes secrétées par les poils bordant les feuilles. «Dans la mythologie nordique, elles symbolisent les larmes de la déesse Freyja, pleurant l’absence de son époux Odin. Enigmatiques, elles ne s’évaporaient pas au soleil, intriguant beaucoup les esprits», raconte Jean-Pierre Rouvinez, de la droguerie La Résidence SA à Crans-sur-Sierre. «Au XIIIe...