Incendie à l'alpage du Bouzerou, un été de travail pour rien

Le feu a détruit la maison d'alpage du Bouzerou au-dessus de Grône samedi. Avec elle, 300 fromages. Un vrai coup dur pour les exploitants.

15 sept. 2014, 19:11
Les exploitants n’ont rien pu faire. Tout a été détruit par le feu qui s’est déclaré samedi sur l’alpage du Bouzerou.

Plus que les dégâts matériels, c’est la destruction du fruit de leur travail qui afflige Jean-Marc Aymon et sa femme Sophie. Les deux exploitants de l’alpage ont assisté samedi à la destruction par les flammes de 300 fromages produits cet été. La plupart leur appartenait. Le manque à gagner devrait se chiffrer à 23000 frs environ.

"C’est plus que de la tristesse. C’est de la désolation que l’on ressent." Ces paroles résument leur désarroi. Deux jours après l’incendie, l’amertume est encore montée d’un cran. "Nous avions encore l’espoir de vendre les fromages que les pompiers avaient sauvés lors de leur intervention. On les a d’ailleurs remercié mille fois de les avoir sorti de la cave.

Malheureusement, le chef de la laiterie nous a indiqué qu’ils sont certainement invendables. Nous les gardons donc pour l’assurance." Seule consolation, une septantaine de meules avaient été sorties de la cave pour être vendues.  "Nos employés ont des salaires. Mais de notre côté ces fromages constituent notre paie de la saison.

Maintenant on verra… on va se serrer la ceinture quelques mois. Il faudra voir avec les assurances si ces fromages étaient couverts. Nous avons au moins pu sauver le décompte de notre production. Mais ça fait mal au ventre de voir ce travail perdu en quelques minutes.» Avec ce feu, 2014 prend des allures d’année maudite pour l’alpage du Bouzerou.

La montée à l’alpage avait en effet été marquée par un grave accident de voiture avec quatre blessés.