Grône: la jeune génération se mobilise pour le slowUp depuis dix ans

Dimanche, lors du slowUp, des membres actifs et passifs de la Jeunesse de Grône ont géré l’aire d’animations du village pour la dixième année de suite. Une fidélité saluée par slowUp Valais.

03 juin 2018, 18:46
De gauche à droite: Dans le cadre du SlowUp, Sophie Ballestraz, Amandine Massy, Loïc Berthod, Jonathan et Franck Bruttin forment le comité qui gère depuis 10 ans l'aire d'animations de Grône.

Ils ont entre 23 et 40 ans, et vouent une fidélité sans faille au slowUp. Sophie Ballestraz, Amandine Massy, Loïc Berthod, Jonathan et Franck Bruttin composent le comité qui chapeaute, chaque année depuis dix ans, l’aire d’animations et de ravitaillement de Grône.

Dimanche, devant la salle Recto Verso, ils ont accueilli plusieurs centaines d’amateurs de mobilité douce. «Notre rôle est d’entourer la Jeunesse de Grône dans l’organisation de cet événement. Nous prenons par exemple les contacts avec les partenaires alimentaires, et assurons un lien permanent avec slowUp Valais», lâche Franck Bruttin, qui fut membre de la Jeunesse au même titre que ses quatre compères. 

Une collaboration «exemplaire»

En une décennie, ce comité a fait de l’aire de Grône un point de ravitaillement incontournable du slowUp. Car outre les stands de boissons et de nourriture, la place Recto Verso accueille également des animations destinées à tous les publics: une exposition de photos, des démonstrations de foot-freestyle, ou encore des tours à poney.

A lire aussi: Le slowUp joue la continuité

«La collaboration entre la Jeunesse et ce comité ad hoc est exemplaire», se réjouit Marianne Bruchez, cheffe de projet pour slowUp Valais. «Ces gens ont uni leurs compétences pour créer un événement à part entière, qui dépasse le cadre de notre journée consacrée à la mobilité douce.»

Un bref coup d’œil sur la place Recto Verso permet en effet de constater que les cyclistes (ndlr: ils ont été 20 000 lors de cette 12e édition du slowUp) ne sont pas les seuls à avoir fait le déplacement. «On y rencontre passablement de villageois, qui viennent manger une grillade au soleil et passer un peu de bon temps», lance Loïc Berthod. Rendez-vous est pris pour l’année prochaine.