Coronavirus: des podcasts pour chanter le val d’Anniviers

Une nouvelle série de découvertes comprend deux légendes racontées par un passionné d’histoire.

23 avr. 2020, 15:00
Professeur d’histoire à la retraite, Nicolas Perruchoud a sélectionné deux légendes de Vercorin.

Tout avait commencé dans les meilleures conditions pour l’entité promotionnelle de Sierre et du val d’Anniviers. Plusieurs podcasts sur la richesse d’histoires d’habitants de la région ont été produits et diffusés depuis le début janvier.

Leur but était de permettre aux futurs hôtes de découvrir en audio mais également en vidéos et en photos les atouts des environs et les parcours de vie et les professions de ses résidents.

Mais la pandémie a changé la donne. Le lendemain de l’annonce de la fermeture des remontées mécaniques, l’équipe devait se retrouver sur un domaine skiable.

Elle a dû par conséquent modifier provisoirement ses plans et changer sa thématique. «Nous sommes parvenus à produire un hors-série pour ce mois d’avril», explique Julien Petit, le directeur de Sierre-Anniviers Marketing.

Halte dans le passé

Le rendez-vous a été pris à Vercorin sur une grande terrasse et c’est Nicolas Perruchoud qui a choisi de raconter deux légendes du village.

Cet invité aime beaucoup les histoires. «Et aussi l’Histoire par ailleurs, il a enseigné cette branche au cycle de Grône durant de nombreuses années.»

A l’époque napoléonienne

Deux contenus qui revenaient souvent dans les veillées d’antan ont été sélectionnés. Le premier intitulé la Pierre de l’Adieu «est un récit d’héroïsme, d’abnégation.» Le deuxième fait remonter encore plus loin dans le temps, «à l’époque où les Vercorinardes vouaient un amour inconditionnel aux petits souliers.»

Ces excursions dans le passé peuvent être suivies sur les principales plateformes audios. La prochaine réalisation est à l’étude. Elle devrait porter sur une exploration de la nature en compagnie d’un interlocuteur qui reste à définir.

 

En savoir plus: à écouter

A lire aussi: Coronavirus: écouter des contes en ligne, c’est bon pour les enfants mais pas seulement

 

L’info solidaire
Dans la situation sanitaire hors normes que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise.
Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch