Wendy Holdener: "Ce podium, c'est assez fou"

Spécialiste de slalom, Wendy Holdener est montée sur son premier podium dans une discipline de vitesse en prenant la 3e place du super G de Crans-Montana.

03 mars 2018, 12:59
Wendy Holdener (à d.) partage le podium avec Tina Weirather (au centre), victorieuse du super G de Crans-Montana, et Anna Veith, 2e.

La surprise est de taille à Crans-Montana. Alors que l’on attendait Lara Gut, voire Michelle Gisin sur le podium, c’est la slalomeuse Wendy Holdener qui est montée sur la boîte lors du super G disputé dans la station valaisanne. La triple médaillée olympique grimpe sur son tout premier podium dans une discipline de vitesse. «C’est assez fou», concède la Schwytzoise toute étonnée de se retrouver aussi bien classée avec son dossard 31. «Mon plan était de tout donner, chercher les limites et prendre mes repères en vue du combiné de dimanche.»

 

 

Sur un tracé raccourci mais très tournant, Wendy Holdener, qui termine à 38 centièmes de la lauréate Tina Weirather, a pu faire admirer sa technique. «Cette saison, je me sens de mieux en mieux en géant et c’est grâce à mes progrès dans cette discipline que je suis parvenue à être performante ici à Crans-Montana en super G.» Ses probants résultats en vitesse incite d’ailleurs la médaillée d’argent du slalom olympique à se diversifier à l’avenir et pourquoi pas lorgner vers le grand globe de cristal. «Mon souhait est naturellement de m’aligner plus souvent en super G et en descente, mais je ne veux pas non oublier le slalom et le géant, car ce sont mes disciplines de prédilection.»

>> A lire aussi: Wendy Holdener et Michelle Gisin plus fortes ensemble

Lara Gut voit le globe s'éloigner

Au pied du podium, Michelle Gisin a également sorti sa course sur la piste du Mont Lachaux et confirme être devenue une véritable athlète polyvalente. Derrière, c’est la soupe à la grimace pour Lara Gut. En tête du classement du super G avant l’épreuve de Crans-Montana, la Tessinoise, seulement 7e samedi, voit désormais sa rivale Tina Weirather, victorieuse, s’envoler au classement de la spécialité avec 46 points d’avance alors qu’il ne reste plus qu’une course à disputer lors des finales de Are. «Je me rends compte que je perds beaucoup d’énergie à essayer de récupérer les jours d’entraînement qui m’ont manqués l’été passé», explique la skieuse de Comano qui avait été victime d’une rupture du ligament croisé il y a treize mois à Saint-Moritz. «Malheureusement, je n’ai pas de bases assez solides comme lors des autres saisons et ça commence à devenir long.»