Taxe R2 : Mollens et son président s'interrogent

Le 28 septembre dernier, la commune du président Stéphane Pont a été la seule sur les six du Haut-Plateau a accepté le règlement intercommunal sur les résidences secondaires ou taxe R2. Un oui qui pose néanmoins beaucoup de questions. La mise en application devrait attendre.

07 oct. 2014, 06:45
Mollens le, 6 oct. 2014 : Stéphane Pont , président de la commune de Mollens, pose devant deux résidence secondaires à Aminona.        ©Sacha Bittel/Le Nouvelliste

«C’est un cadeau empoisonné. » lance le président de Mollens Stéphane Pont. «J’ai déjà eu passablement de réactions de propriétaires de R2 qui ne comprennent rien car le projet était porté par l’association de communes de Crans-Montana (ACCM). Ils ne comprennent pas pourquoi la commune de Mollens serait seule à l’appliquer.»

C’est en effet une commission composée de toutes les communes qui avait planché sur ce projet, mais le scrutin était lui communal. Aujourd’hui les autorités de Mollens se retrouvent donc seule ou presque pour sa mise en application. Dès lors, les autorités aimeraient pouvoir temporiser pour plusieurs raisons. Cette envie d’attendre s’explique notamment par la situation spécifique d’Aminona qui vient de voir disparaître sa télécabine. Taxer les propriétaires dans ces conditions serait malvenu selon le président de la commune Stéphane Pont.

La commune a donc transmis le dossier complet de la taxe au service cantonal des affaires intérieures et communales qui l’étudiera pour orienter la commune sur les possibilités qui s’offrent à elle. Découvrez les autres raisons qui pourraient pousser Mollens à attendre et les avis de citoyens dans notre édition papier du jour.

L'intégralité de cet article est à découvrir dans nos éditions payantes de mardi.