Ski alpin: à Crans-Montana, Lindsey Vonn répète qu'elle rêve de courir en Coupe du monde avec les garçons

A la veille des courses de Coupe du monde de ski alpin à Crans-Montana, la championne américaine Lindsey Vonn s'est confiée au "Nouvelliste".

23 févr. 2017, 16:38
/ Màj. le 23 févr. 2017 à 17:30
Lindsey Vonn compte 77 succès en Coupe du monde. Elle n'est qu'à neuf victoires du record d'Ingemar Stenmark.

Lindsey Vonn est une véritable rockstar des neiges. Que ce soit sur les réseaux sociaux, sur lesquels elle dénombre près d’un million et demi d’abonnés, ou sur la piste, la skieuse de Vail n’a que peu d’égal.

A 32 ans, l’Américaine lorgne le record de succès sur le cirque blanc détenu par le Suédois Ingemar Stenmark (86 contre 77 à Vonn), un record que personne n’aurait un jour pensé qu’il puisse être mis en danger.

Sans plusieurs grosses blessures qui l’ont freinée, Lindsey Vonn se le serait déjà approprié. Mais c’est à travers l’adversité que se construit encore et toujours le mythe de la skieuse du Colorado aussi déterminée qu’accessible.

 
 
 

Aujourd’hui, vous être de loin l’athlète alpine la plus suivie sur les réseaux sociaux. A vos côtés, Mikaela Shiffrin et Lara Gut possèdent également une jolie cote de célébrité. Comment expliquez-vous que les skieuses soient plus populaires que leurs homologues masculins?

Je ne savais pas que j’avais plus d’abonnés que Marcel Hirscher ou Aksel Lund Svindal. Pourtant, ils sont également actifs. Mais je pense surtout que les hommes sont moins enclins à prendre des photos d’eux. Les gars de l’équipe américaine, ils rigolent quand ils me voient en prendre. Moi, j’adore. C’est un moyen d’expression. J’aime partager ma vie, dévoiler comment je travaille et montrer les merveilleux endroits que je visite.

 

Si vous surpassez les hommes sur les réseaux sociaux, quand pourrez-vous enfin les confronter sur les skis?

Dès que l’on me donnera le feu vert. Mes coaches discuteront au prochain congrès de la FIS au printemps de la possibilité de concourir une fois en Coupe du monde avec les garçons. J’espère avoir la chance de le faire avant ma retraite. Mais pas trop tard non plus, car je me fais vieille (rires), surtout que je ne suis plus au pic de ma carrière. Mais je n’abandonne pas l’idée de revenir au top tant que je suis motivée à travailler. A l’image de Roger Federer.

Retrouvez l'interview complète dans nos édition papier et numérique du vendredi 24 février 2017.