Radovan Vitek: la justice américaine n'entre pas en matière

La justice américaine n'entre pas en matière quant aux plaintes à l’encontre de Radovan Vitek. Il était poursuivi à New York par d’anciens partenaires qui l’accusaient d’un vol d’un milliard de dollars.

06 sept. 2020, 17:12
Radovan Vitek, l’actionnaire majoritaire des remontées mécaniques de Crans-Montana, a été innocenté par la justice américaine.

La justice américaine a tranché. Elle n’entre pas en matière quant aux plaintes déposées à l’encontre de Radovan Vitek, dans le cadre de la procédure qui avait été ouverte à New York, l’an dernier. C’est la radio valaisanne Rhône FM qui l’annonce ce dimanche. 

A lire aussi: Un étau de procédures contre Radovan Vitek

On le rappelle, l’actionnaire majoritaire des remontées mécaniques de Crans-Montana (CMA) était poursuivi par d’anciens partenaires, qui l’accusaient d’avoir volé un milliard de dollars. Ils en demandaient le triple à titre de réparations. L’affaire portait notamment sur ORCO, une société luxembourgeoise active dans l’immobilier et dans laquelle investissait l’un de ces partenaires. ORCO était tombée sous le contrôle de Radovan Vitek à travers son groupe CPI PG.

A lire aussi: Nouveau coup contre l’empire Vitek

«Justice a été rendue»

Les plaignants reprochaient à l’homme d’affaires et à plusieurs de ses associés d’avoir pris le contrôle d’ORCO de manière cachée, en achetant des actions en passant par des sociétés écrans dirigées par des hommes et des femmes de paille.

Dans une décision rendue vendredi dernier, le Tribunal de district des Etats-Unis pour le district sud de New York (SDNY) a ordonné au greffier de clore l’affaire. Il n’entre pas en matière en raison d’une procédure identique ouverte, depuis 2016, au Luxembourg.

Dans un communiqué envoyé dimanche, CPI PG indique qu’ «en raison des lacunes juridictionnelles et des défauts de plaidoirie présents dans la plainte», le tribunal du SDNY «n'a jamais examiné le fond de l'affaire.» CPI PG qui présice avoir «toujours été convaincu que la poursuite n’était pas fondée». Il ajoute: «Justice a été rendue, et le groupe est heureux de conclure ce chapitre.»

Interrogé par Rhône FM, le président du conseil d’administration de CMA Philippe Magistretti voit en ce verdict «une victoire très importante pour Radovan Vitek, qui retrouve ainsi la sérénité dont il avait besoin».