Réservé aux abonnés

Pour Nicolas Féraud, c’est «une gifle monumentale lancée à la figure de la démocratie»

Exclu des discussions entre Radovan Vitek, Christophe Darbellay et les présidents des autres communes du Haut-Plateau, le président de Crans-Montana, Nicolas Féraud, semble amer. Il espère porter l'affaire qui empoisonne le station devant la justice civile et dénonce un arrangement entre démocrates-chrétiens.

18 nov. 2018, 18:54
Président de Crans-Montana, Nicolas Féraud a été exclu des discussions qui ont poussé Radovan Vitek à racheter les restaurants et les parkings de la station.
Vendredi, Radovan Vitek a surpris en proposant de débourser 35,4 millions de francs pour corriger une opération comptable contestée par les communes du Haut-Plateau. La communication a réuni les présidents PDC de Lens et d’Icogne, ainsi que le conseiller d’Etat Christophe Darbellay. Président de Crans-Montana, Nicolas Féraud, lui, n’a pas été convié. Très remonté, le libéral-radical a pris le temps de la réflexion avant de répondre au «N...