Montana: le domaine et la maison Général-Guisan toujours en main de l'armée

Plus de deux ans après l'incendie, rien n'a été entrepris sur le domaine Général-Guisan dont la maison brûlée ne correspond plus aux normes de sécurité. Armasuisse et la commune de Montana sont en discussion. Dans le même temps, le voisinage et la police s'inquiètent de l'occupation occasionnelle de la maison par des jeunes alors que le site n'est pas sécurisé.

23 janv. 2015, 10:09
Le domaine et la maison Général Guisan appartiennent toujours à l'armée. Les discussions avec la commune se poursuive, alors que le bâtiment incendié est toujours debout.

Depuis la fin de la procédure de mise en vente du domaine Général Guisan par Armasuisse Immobilier en janvier 2014, rien n’a bougé sur ce site stratégique pour Crans-Montana de 39 658 mètres carrés. Aujourd’hui, Armasuisse Immobilier nous informe qu’ils élaborent, "en collaboration avec les autorités communales, divers scénarios en vue de l’utilisation future du site à des fins civiles". Interlocuteur privilégié de le l’armée pour ce domaine, la commune de Montana rencontrera prochainement les propriétaires pour connaître leurs propositions concrètes. Son président Claude-Gérard indique que des groupes frappent à la porte de sa municipalité pour formuler des offres concernant ce domaine. Tout est fait selon lui pour que les choses avancent vite.

Ravagée par les flammes fin 2012, la maison Général Guisan qui date de 1914 trône toujours au milieu du domaine Il appartient aux propriétaires d’engager un processus de démolition. Dans la commune, des citoyens s’étonnent de l’état des lieux. "La journée, ce sont des enfants qui jouent à cache-cache dans la Maison Général-Guisan. Mais qu’attend-t-on pour sécuriser le site? Je déplore l’inaction des propriétaires et le manque d’action de la commune", s’insurge-t-elle. Et Claude-Gérard Lamon de préciser que la bâtisse étant en main privée, il incombe à Armasuisse de s’en occuper. Depuis l’incendie, la police intercommunale de Crans-Montana dit être intervenue plusieurs fois sur les lieux pour évacuer des jeunes. Pour l’heure aucun accident n’a encore été déploré sur les lieux.

Retrouvez l'article complet dans nos éditions payantes du samedi 24 janvier.