Montana: durant 365 jours, Bertrand Rey a immortalisé les contours de la désormais ex-commune

C'est le travail d'un an que Bertrand Rey a exposé dans les rues de Montana-village et dans son livre "Là d'où je viens." Originaire de Corin, le photographe a peint les contours de la commune de son enfance avant la fusion du Haut-Plateau.

27 janv. 2017, 16:00
/ Màj. le 28 janv. 2017 à 07:00
Bertrand Rey a immortalisé la dernière année d'existence de la commune de Montana, avant la fusion du Haut-Plateau.

C’est la photographie qui l’avait éloigné de sa commune et c’est elle qui l’a ramené sur ses terres. Comme un clin d’œil au destin, son reportage photo s’intitule d’ailleurs "Là d’où je viens." 

Et Bertrand Rey vient de Corin, dernier bastion de l’ex-municipalité de Montana avant la plaine sierroise. Une municipalité au chevet de laquelle il a vécu, durant ses 365 derniers jours, afin de laisser une trace que la fusion ne balaierait pas. "J’ai suivi l’histoire de la commune au fil des saisons, souligne le photographe professionnel. Les travaux des vignes, les événements, les manifestations religieuses et tout ce qui fait l’identité de Montana."

Une identité que le Vaudois d’adoption a également recherché dans ce qu’il appelle "des gueules" qui incarnent sa région du Haut-Plateau. "J’ai immortalisé le portrait d’une soixantaine de citoyennes et citoyens. Mon choix s’est fait librement, un peu au feeling. J’ai opté pour des personnes qui avaient plus de chance de dégager quelque chose d’authentique et de représentatif."

Retrouvez l'intégralité de ce portrait dans nos éditions papier et numérique du samedi 28 janvier 2017.