Les bons plans pour une dernière fête avant l'apocalypse

Les Mayas ont fixé la date sans penser au programme. Ont-ils seulement prévu un bar? Une piste de danse? "Le Nouvelliste" vous donner quelques idées d'endroits où fêter la fin du monde en Valais.
06 août 2015, 15:24
Avant la fin du monde, les Valaisans sont invités à s'amuser... Le lendemain aussi d'ailleurs.

La fin du monde? Ça se fête évidemment. Ne serait-ce que pour éviter l’incident diplomatique avec les Mayas, qui pourraient passer pour des imposteurs du calendrier. En tous les cas, certains ont anticipé depuis belle lurette et préparent des évènements pour l’occasion. A croire qu'ils ne prennent pas la menace au sérieux...

Pour un démarrage en douceur

A Sierre, vendredi dès 18h, l'ASLEC (Association Sierroise Loisirs et Culture) célèbre la transition vers un monde meilleur. Elle propose un début de soirée pré-apocalyptique avec diverses animations, soupe et vin chaud, dès 18h.

La librairie Idées-Lire, à Bramois, organise entre 19h et 21h une soirée «partage vers la nouvelle terre» animée par Hervé Fournier. Le but de cette soirée est de démarrer cette Ere nouvelle en toute simplicité.

Sur le dance-floor

Val-d’Illiez veut conjurer le sort avec un show son et lumière de circonstance. Les fêtards prêts à prendre quelques bonnes résolutions pour «l’an 1 après la fin du monde» auront un livre virtuel de «dernières volontés» à disposition. Un duplex avec Bugarach, le seul village à survivre à l'apocalypse, est même envisagé.

A Conthey, le DreamZ Club se prépare pour la «Last One». Au menu de la soirée: de la mousse, des confettis, de la neige, un concours de "Gangnam Style" et des accessoires lancés par milliers… Tenue de combat conseillée pour le point d’impact à 22 heures.

A Saint-Maurice, le Manoir Pub revoit ses prix à la baisse. Hé oui, c’est la fin pour tous et le patron n'emporte rien dans la tombe. Pour les moins courageux, il a tout prévu: en buvant une «Douce Mort», une boisson à base de poison, «ils mourront dignement et sans douleur», promet-il.

Chez soi aussi

Ceux qui préfèrent rester cloîtré par mesure de précaution seront peut-être à l’écoute de la radio. En soirée, la RTS organise une soirée thématique, diffusée en direct de 20 h à minuit sur La Première, Espace 2 et le site internet RTS.ch. L’émission, intitulée «La fin est un début», convie philosophes, économistes, archéologues, chercheurs et visionnaires de tous bords à poser leur regard sur notre avenir proche et lointain. Des chanteurs romands, dont les Valaisans Marc Aymon et Sylvie Bourban, interpréteront une dernière chanson avant la «fin du monde».

A la télévision, les chaînes diffusent leur émissions et séries habituelles. Seule ARTE passe le documentaire «Les derniers jours de l’homme», suivi de «L’apocalypse, ça va bien se passer». Histoire de faire le tour des désastres capables d'anéantir l'espèce humaine. Un joyeux programme.

Et le lendemain?

Pour ceux qui retrouvent la sortie de leur abri antiatomique, rendez-vous samedi matin dès 9h30 sur la place de l’Hôtel-de-Ville de Sierre. La jeune chambre internationale de la Cité du Soleil ne craint ni les astéroïdes ni les éruptions solaires. Elle offre un petit-déjeuner maya (chocolat chaud épicé et petit pain au lait) à tous les survivants.

Quant à la station de Crans-Montana, elle entre dans la nouvelle ère en offrant une journée à ses hôtes. Samedi, tous les fans de glisse skieront gratis sur le domaine. Le funiculaire et les bus, les espaces ludiques Snow Island sur le Golf et Funny Land au Régent, les patinoires et les pistes de ski de fond seront également accessibles gratuitement.