Après le Magic Pass, à quand un abonnement commun pour les grands domaines?

Vincent Fragnière, rédacteur en chef
08 févr. 2019, 20:00
Vincent Fragniere, rédacteur en chef du Nouvelliste.     Sabine Papilloud/Le Nouvelliste

Cette semaine, on a appris que Zermatt avait battu son record de nuitées situé désormais à 2,2 millions sur une année. La station haut-valaisanne est définitivement hors catégorie. Et le futur investissement de 320 millions des CFF pour augmenter la cadence de la ligne Täsch-Zermatt va encore renforcer cette position. Avec le Titlis et la Jungfrau, sa remontée mécanique fait partie des rares sociétés en capacité de renouveler rapidement ses installations et de générer un dividende à ses actionnaires, notamment grâce au tourisme pendulaire qui permet une activité durant toute l’année.

A lire aussi: Zermatt bat son record de nuitées

A l’autre bout, il y a les trente sociétés de remontées mécaniques du Magic Pass qui, depuis deux ans, communiquent ensemble pour la première fois sur une offre globale à plus de 100 000 skieurs abonnés. Elles possèdent des domaines skiables de taille moyenne ou petite et doivent financièrement souvent attendre la fin de la durée de concession pour pouvoir renouveler leurs installations. Mais cette démarche Magic Pass est pour l’instant un vrai succès avec, la première saison, une progression moyenne de 21% du chiffre d’affaires des sociétés concernées contre 7% en Suisse. Et cette proportion est encore plus grande pour la plus grande d’entre elles – CMA – qui a pourtant menacé la semaine dernière de quitter la structure.

A lire aussi: Crans-Montana menace de quitter le Magic Pass

Enfin, entre Zermatt et les stations du Magic Pass, il y a les grands domaines que sont les 4Vallées ou les Portes du Soleil. Il est évident que leur produit ski ne peut pas être vendu au tarif du Magic Pass. Mais pourquoi, dès lors, ne pas créer ensemble et surtout communiquer sur un produit premium à 1200 francs en y associant d’autres grands domaines comme Saint-Moritz ou Flims Laax dans les Grisons. Cela aurait l’avantage de clarifier les offres commerciales pour la clientèle – une offre populaire et une offre de luxe – qui seraient non pas concurrentielles, mais complémentaires avec même des collaborations possibles. Le débat est lancé. 

A lire aussi: Magic Pass: la guerre des prix n’a pas eu lieu

par Vincent Fragnière