Les parapentistes de Vercorin s'opposent à une extension de la zone contrôlée par l'aéroport

L'Office fédéral de l'aviation civile a mis en consultation un projet d'extension de la zone contrôlée par l'aéroport de Sion. Deux options sont envisagées. La première compromettrait grandement l'activité des parapentistes de Vercorin, qui se mobilisent pour faire entendre leurs voix.

05 oct. 2015, 15:54
/ Màj. le 06 oct. 2015 à 06:30
Les parapentistes de Vercorin se mobilisent pour sauver une activité particulièrement bien implantée dans la région.

L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) a mis en consultation un projet d’agrandissement de la zone aérienne contrôlée par l’aéroport de Sion. La nouvelle zone concernée pourrait s’étendre jusqu’au bois de Finges. En jeu, une limitation de l’accès au ciel pour d’autres utilisateurs de la troisième dimension. Inquiets de se voir clouer au sol, les parapentistes de Vercorin se mobilisent et demandent de pouvoir participer au débat.

Modification de la zone

Avec le développement de l’aviation et l’évolution des espaces aériens, les zones contrôlées sont sujettes à des réexamens réguliers. Selon l’OFAC, les nouvelles procédures de vol aux instruments mises en application nécessitent le réajustement de ces zones. Jusqu’au 16 octobre, l’OFAC a justement mis en consultation un projet d’extension de l’espace aérien contrôlé par l’aéroport de Sion. La première option élargirait la zone de 13 kilomètres à l’est, jusqu’à la hauteur de Varen. Le site du Crêt-du-Midi, particulièrement prisé par les parapentistes car facile d’accès, pourrait être compromis, tout comme le nouveau terrain d’atterrissage de Sierre, inauguré au printemps.
 

Retrouvez l'intégralité de cet article dans nos éditions papier et numériques du mardi 6 octobre.